Islande de l’Ouest

L’Ouest de l’Islande

 

00-islande-est-sud

Borgarnes – La péninsule du Snaefellsnes

Sur notre route se trouve la ville de Borgarnes. Agréables moments dans la piscine avec bassins à 37, 38 et 39 degrés. Sans oublier le petit bassin d’eau glacée, le bassin de vapeur, la piscine couverte et celle de plein air, tout ça pour 310 couronnes (environ 2,25 euros). Avec, en plus, des douches avec un bon jet !

Nous roulons ensuite sur la route 54 qui suit la côte du sud de la péninsule de Snaefellness. Toujours des animaux éparpillés, un peu moins de chevaux que ces 2 derniers jours, quelques vaches et veaux et toujours des brebis accompagnées de leurs agneaux. Les prairies et les abords des fermes sont colorés par de grosses bottes de foin empaquetées de plastique : il y en a de toutes les couleurs (blanches, roses, vertes, bleues, noires et j’en ai même vu quelques-unes jaunes).

Petit arrêt au robinet qui donne de l’eau minérale naturelle (légèrement gazeuse et ferrugineuse, à Olkelduvatn Minéral Spring. Vraiment pas terrible à boire !

2019-06-24-1-Olkelduvatn-604bis-site

Nous trouvons ensuite Budir et son église noire « Tranchant avec le sable blond des plages (assez rare en Islande) et la blancheur du glacier Snaefellsjokull en fond, le panorama offre une composition d’une rare beauté » nous dit le guide ». D’abord, l’église n’est qu’un pavé noirâtre sans aucun intérêt architectural construite vers 1950 (comme s’il n’y avait pas assez d’églises de partout !) et ensuite, la brume qui empêche de voir à plus de 300 mètres ne permet pas de juger de ces contrastes si saisissants parait-il (et même par temps clair, nous sommes persuadés qu’on n’aperçoit pas ce fameux sable jaune). Passons…

En revanche, les formations rocheuses d’Arnarstapi méritent qu’on s’y arrête et qu’on parcoure le sentier balisé. Il y a là une superbe arche de lave (l’arche Gatklettur) et des falaises basaltiques merveilleuses.

2019-06-25-3-623-site 2019-06-25-3-610-site

2019-06-25-3-620-site 2019-06-25-3-625-site

Dans la moindre anfractuosité des falaises nichent des centaines de mouettes qui, de leur fiente, les redécorent en blanc.

2019-06-25-3-630-site 2019-06-25-3-628-site

2019-06-25-3-614bis-site

Nouvelle balade aussi pour voir les monolithes de Londrangar.

2019-06-25-3bis-648-site 2019-06-25-3bis-647-site

Et enfin, sur cette péninsule du Snaefellsnes, nous nous arrêtons aux lieux-dits Djupalon et Dritvik. . Un chemin serpentant au milieu des coulées de lave nous conduit sur la plage de sable noir, où, seuls vestiges des temps passés, se trouvent des pierres de différentes tailles. Les pêcheurs se servaient de 4 rochers pesant respectivement 23, 54, 100 et 154 kg pour évaluer leur force. Il fallait pouvoir soulever au moins celui de 54 kilogrammes pour avoir une place sur u bateau de pêche.

2019-06-25-4-653-site 2019-06-25-4-655-site

A Stykkisholmur, nous pouvons embarquer sur le ferry qui nous mène de l’autre côté du fjord jusqu’à Brjanslarkur, pour arriver enfin aux fjords de l’Ouest.

 

Les fjords de l’Ouest

 

De Brjanslarkur à Thingeyri, il y a environ 70 kilomètres de pistes. Dans l’ensemble, elle est plutôt roulante. Peu de graviers et de tôle ondulée. Ça deviendra caillouteux avant d’arriver à Thingeyri.

On se serait cru dans un chenil tout au long de cette piste car on n’a pas arrêté d’entendre « Waouh ! Waouh ! ». Des paysages fabuleux avec, par endroits, un peu de végétation, parfois de la mousse vert fluo ou des linaigrettes

2019-06-26-route-676-site 2019-06-26-route-707-site

Des dégringolades de cailloux (gros et petits), de nombreuses cascades, aussi. Pendant un peu plus de 2 heures, nous montons et descendons sur les bords des fjords que l’on aperçoit de temps en temps.

2019-06-26-route-704bis-site

2019-06-26-route-673-site 2019-06-26-route-669-site

2019-06-26-route-682-site 2019-06-26-route-705-site

Vers le milieu de ce trajet, nous nous arrêtons à Dynjandi pour voir et admirer la chute d’eau. 100 mètres de haut, 30 mètres de large en haut et 60 en bas. Dans la descente, l’eau crée aussi de nombreuses cascades plus petites qui valent bien le coup d’œil !

2019-06-26-dynjandi-677-site 2019-06-26-dynjandi-693-site

2019-06-26-dynjandi-679-site 2019-06-26-dynjandi-681-site

2019-06-26-dynjandi-680-site 2019-06-26-dynjandi-683-site

Halte à Isafjordur, le bourg le plus important du nord-ouest de l’Islande. Nombreux magasins dont 2 boulangeries, 2 supermarchés, 2 postes à essence, … Un camping tranquille et agréable bordé par le cours d’eau émanant d’une cascade en toile de fond.

2019-06-27-isafjordur-711-site 2019-06-27-isafjordur-719-site

La ville suivante, complètement au Nord, Bolungarvik est située seulement à 15 kilomètres d’Isafjordur où 2 gros paquebots se sont arrêtés ce matin. Des files de croisiéristes ont débarqué et arpentent les trottoirs de la petite ville : ils en auront bien vite fait le tour ! Un tunnel de 5 kilomètres relie les 2 villes.

Visite de la reconstitution d’une station de pêche. Il y a là un saloir à poissons et 2 maisons comprenant de nombreux objets utilisés par les pêcheurs qui vivaient là d’octobre à avril. Le reste de l’année, ils étaient dans les fermes.

2019-06-28-bolungarvik-722-site""  2019-06-28-bolungarvik-729-site

2019-06-28-bolungarvik-724-site  2019-06-28-bolungarvik-723-site

Arrêt également au Musée d’histoire naturelle où sont exposés de nombreux animaux empaillés, principalement des oiseaux ainsi que les 2 os de la mâchoire inférieure d’une baleine bleue qui mesurent 5,50 mètres !

 2019-06-28-bolungarvik-740-site  2019-06-28-bolungarvik-739-site

Nous laissons Isafjordur et prenons la route 61 jusqu’à Reykjanes. Très beaux paysages sur cette route qui suit les 2 côtés des fjords. Encore de la neige sur les hauteurs, des linaigrettes sur les côtés. Souvent de petites cascades dévalent les pentes des collines pour venir grossir les rivières des vallons. Encore beaucoup de vent et une température qui ne dépassera pas les 8 degrés.

2019-06-30-route-741bis-site

Un peu avant Reykjanes, nous voyons quelques voitures arrêtées sur le bord de la route. Qu’ont donc repéré ces touristes ? Des cétacés (on a l’impression qu’il s’agit de rorquals). On voit une partie de leur dos avec leur nageoire dorsale qui émerge de temps en temps. On voit (et on entend aussi car ils ne sont pas loin de la route) leur souffle. Puis ils s’éloignent et nous aussi.

2019-06-30-baleine-752bis-site

2019-06-30-baleine-751bis-site

A Reykjanes, nous trouvons la « fabrique » de sel citée par le guide. Mais c’est un tout petit bâtiment tout vieillot, mal entretenu et dont la visite et les explications (en anglais of course) est à 2 000 couronnes par personne (environ 15 euros). Le petit pot de sel de 90 grammes est à 1 000 couronnes ! On prend tout de même un pot en souvenir mais on en reste là et on part.

Nous voici maintenant à Drangsnes. Il y a des petits bassins d’eau chaude installés sur la plage et disponibles en permanence. Le prix est laissé à la discrétion des utilisateurs. Nous allons tremper dans de l’eau à 38°. Cela fait 30° d’écart avec la température extérieure ! Les douches sont de l’autre côté de la route et le plus difficile, c’est de la traverser. Après, qu’est-ce qu’on est bien dans cette eau face au paysage de montagne et à la mer certainement froide !

2019-07-01-hot-pot02ter-site

Nous terminons ensuite notre grand petit tour dans les fjords de l’Ouest et rejoignons la route numéro 1 pour nous diriger vers Akureyri. Beaucoup plus de circulation sur cet axe. Il n’y a presque plus de linaigrettes…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *