Russie 2017 -2- France -Allemagne

Du vendredi 5 au mardi 16 mai 2017

 

carte-france-allemagne

Comme prévu, nous fermons la maison le vendredi 5 mai 2017 vers 11 heures du matin. Après plusieurs semaines de travail intensif pour finir quelques importants travaux, après quelques jours de ré-aménagement de notre « Ive« , nous repartons donc pour 2 mois et demi environ avec comme objectif principal la Russie de l’Ouest. Le soleil de ce matin nous fait oublier le froid des derniers jours, les gelées matinales de ce début du mois de mai, la pluie (qui se rappellera à notre souvenir rapidement). Il fait briller les feuilles nouvelles des arbres ainsi que la neige sur les sommets environnants. Dès les premiers kilomètres, il faut se réhabituer à notre monture. Les bruits ne manquent pas : grincement du plastique qui entoure l’axe du volant, couinement des meubles, entrechoquement des bouteilles, crissement de quelques objets métalliques, …

Nous avons plusieurs amis à retrouver en Savoie. Ce vendredi 5, nous rendrons visite à Marie-Claude et Jean-Noël à La Motte-Servolex près de Chambéry. Le lendemain. Marie-Claude nous fera visiter la ville et nous aidera pour acheter quelques fromages de Savoie. Nous puiserons aussi dans leur bibliothèque pour meubler nos soirées. Samedi 6, à Annecy-le-Vieux, Jean-Michel nous offrira un tour du lac d’Annecy dans son camping-car avec un petit arrêt pour admirer, de loin, le château de Menthon Saint-Bernard.

 2017-05-06-annecy-chateau-menthon04  2017-05-06-annecy-chateau-menthon02

Et enfin, le dimanche 7, nous ferons halte à Nangy, près d’Annemasse chez Jacqueline et Paul.

 2017-05-07-nangy-paul-jacqueline-01  2017-05-07-nangy-paul-jacqueline-03

Et, partout, accueils chaleureux, retrouvailles fort agréables, évocations de souvenirs anciens ou de voyages passés, présents ou à venir.

Lundi 8 mai 2017

Écoutant les conseils judicieux de Jacqueline, nous choisissons finalement de traverser la Suisse. Nous ne prendrons pas l’autoroute (dont les panneaux routiers sont en vert…) et n’aurons donc pas besoin de nous acquitter de leur fameuse vignette. Bien que le 8 mai ne soit pas férié dans ce pays, il n’y a pas de circulation dans Genève. Les nombreux villages que nous traversons semblent un peu abandonnés. Vers Lausanne, nous côtoyons de nombreux vignobles ainsi que des champs de colza fleuris. Journée à crachins où la température oscille entre 9 et 7 degrés. Nous nous régalons sur les petites routes par lesquelles notre GPS nous fait passer car il a pour mission d’éviter les autoroutes. Pas de maison avec des hôtes chaleureux et accueillants ce soir, seulement un grand parking à l’Isle sur Doubs. Notre voyage vient vraiment de commencer !

2017-05-08-isle-sur-doubs01

Mardi 9 mai 2017

Le clocher de cette petite ville n’a pas arrêté de sonner en indiquant tous les quarts d’heures ! Avec répétition des coups pour l’heure entière ! Fort heureusement, tout le reste du village était bien calme.

Direction Mulhouse pour faire faire la vidange à notre brave fourgon. Dans la zone commerciale où se trouve le garage Iveco, nous trouvons une boulangerie Marie Blachère (mmh, la tartelette aux framboises et les chouquettes !). Quelques courses au grand Carrefour voisin. Rendez-vous à 14 heures au garage Iveco donc vidange et changement des filtres. Et puis, comme les plaquettes de frein sont un peu usées, on en profite pour les faire changer ainsi qu’un silentbloc que nous avions changé en Mongolie en 2010 ! Comme il fallait s’y attendre, la facture est un peu salée.

Nous passons ensuite rapidement en Allemagne et roulons jusqu’à Fribourg où nous bivouaquons sur une aire de camping-car pour 9 euros la nuit. Nous utilisons l’application « park4night » qui indique aires de CC, campings, parkings, … Nuit très calme au milieu de nombreux camping-cars allemands.

Mercredi 10 mai

Alors que depuis 2 jours nous nous régalions sur les petites routes, nous avons décidé de profiter de la gratuité des autoroutes allemandes et de « tracer » jusqu’à Berlin. C’est sûr qu’au lieu de nos 200 kilomètres quotidiens, nous en avons fait 500 aujourd’hui ! Mais nous avons doublé ou croisé des milliers (sans exagération) de poids lourds de toutes nationalités : beaucoup de polonais (oui, des allemands aussi…), des roumains, des tchèques, des slovaques, quelques lituaniens, lettoniens, italiens, espagnols, turcs et peu de français. Bref, journée de route au milieu d’une circulation assez dense.

Le soir, nous nous arrêtons sur une aire de camping-cars gratuite, presque en pleine nature (mais à moins de 500 mètres d’un petit centre commercial agréable et très bien achalandé : merci encore « park4night« ).

Nuit vraiment très calme dans cet endroit arboré.

Jeudi 11 mai

Nous faisons tranquillement les derniers 300 kilomètres qui nous séparent encore de Berlin. Toujours autant de camions. Nous ajoutons à notre liste aujourd’hui des slovènes, un belge, un estonien et bien sûr, toujours beaucoup d’allemands.

Toujours grâce à l’aide de « park4night« , nous voilà garés dans une rue où il y a déjà quelques fourgons le long des trottoirs. Après étude de différents plans, on se trouve à une vingtaine de minutes à pied de la station de métro Hermannstrasse (terminus de la ligne U8). Nous allons repérer un peu les lieux, voir comment fonctionne le métro, ses tarifs (9euros pour 4 tickets),… Trajet direct, sans changement jusqu’à Alexanderplatz : la tour de la télé, l’église Sainte Marie (c’est la tour qui gagne : beaucoup plus haute et certainement beaucoup plus de fidèles), la cathédrale de Berlin, la fontaine Neptune, …

2017-05-11-berlin-025 2017-05-11-berlin-017

2017-05-11-berlin-015 2017-05-11-berlin-026

Nous prenons garde aux nombreux cyclistes lancés à fond sur les trottoirs ! Retour au camion, complètement fourbus.

Vendredi 12 mai

Une semaine depuis notre départ.

Ce matin c’est parti pour visiter 2 musées. Nous avons du mal à trouver l’entrée du Pergamon Museum en raison des travaux de rénovation qu’il subit actuellement (l’entrée principale est fermée) mais nous y parvenons enfin. Le musée de Pergame est le dernier des 5 musées de « l’île des musées » à être rénové. Il possède des chefs d’œuvre de sculpture et d’architecture ramenés de Grèce, de Rome, de Babylone et du Moyen-Orient (Syrie, Mésopotamie, …) par ces braves archéologues fin XIX°, début XX° siècle. Ça fait tout de même bizarre de voir ces morceaux de monuments construits pour être en extérieur ainsi confinés dans des salles, même si elles sont grandes, d’autant plus que les dimensions (longueur et largeur essentiellement) ne sont pas toujours respectées. Belle finesse d’exécution des bas-reliefs et autres dentelles de pierre. Les écrits en lettres cunéiformes m’en bouchent un coin !

 2017-05-12-berlin-033  2017-05-12-berlin-034

 2017-05-12-berlin-041  2017-05-12-berlin-042

 2017-05-12-berlin-045  2017-05-12-berlin-047

Nous allons nous reposer un peu dans un restaurant au bord de la Spree avant de rejoindre le Musée de la DDR (RDA en français). De nombreuses photos, films et objets exposés. On s’en doute, les commentaires sont à charge ! « Bizarrement », les photos montrent des magasins d’alimentation particulièrement bien achalandés alors qu’on sait (ou croit savoir) que, en la matière, c’était plutôt la pénurie. On voit bien également un train de vie différent (voiture, logement, produits alimentaires) entre l’oligarchie (l’appareil) et le reste du peuple. Mais ça, c’était partout pareil et ça le reste encore aujourd’hui. Néanmoins, cette exposition montre également une volonté d’offrir une meilleure vie (construction de logements, places en crèche (vers les années 80, il y avait 800 places en crèche pour 1 000 enfants), culte de l’exercice physique) mais également, malgré les grandes déclarations et les articles de la constitution, une volonté d’éradiquer toute pensée différente.

 carte-ddr01  2017-05-12-berlin-052

Retour au fourgon encore plus fourbus qu’hier. Très belle journée ensoleillée mais en soirée, le temps se couvre. Des orages sont annoncés pour ce week-end.

Samedi 13 mai

Nous commençons notre journée par changer de station de métro. Nous allons à la station Leinestrasse, toujours sur l’U8 mais à seulement 15 minutes de notre stationnement. De plus, pour y aller, nous prenons un chemin sous les arbres plus agréable.

Toujours à Alexanderplatz, nous allons faire le tour de la « mairie rouge » (rote rathaus). Des travaux juste devant nous empêchent d’avoir une vue d’ensemble.

2017-05-13-berlin-054 2017-05-13-berlin-060

Petit tour dans le quartier (site primitif de la ville de Berlin il y a 750 ans mais devenu visiblement un quartier pour touristes un peu friqués) mais la pluie nous fait changer nos projets. Nous avions en effet projeté d’aller faire le tour de la ville en bus, nous irons plutôt visiter la pinacothèque. Ah, bravo le « Petit Lonely » qui n’indique même pas le nom en allemand de ce musée : Gemäldegalerie ! Métro donc, arrêt sur la grande place Postdamerplatz puis petite marche jusqu’au musée.

Après avoir coché sur le plan les salles où se trouvent, d’après le guide, les œuvres à ne pas rater, nous voilà partis pour plus de 2 heures de déambulation et de contemplation dans le dédale des pièces de cette pinacothèque. Quelques tableaux émergent (en plus des « prestigieux »), des portraits surtout, ceci au milieu d’une multitude de scènes de tortures (christ, martyres, …) auxquelles viennent s’ajouter beaucoup de vierges Marie avec des bébés-christ particulièrement laids (il faut dire aussi que les canons de l’époque n’acceptaient pas des visages souriants).

Nous retenons entre autres « l’Amour victorieux » du Caravage, quelques Canaletto, des Rembrandt un tableau de Bruegel l’ancien « les proverbes flamands » de 1559 où il représente une centaine de proverbes dont certains sont encore utilisés aujourd’hui.

(Photos : 1 – Canaletto – 2 – Bruegel l’ancien – 3 – Vermeer – 4 – Rembrandt )

2017-05-13-berlin-076 2017-05-13-berlin-067

2017-05-13-berlin-072 2017-05-13-berlin-074

Après nous être restaurés à la cafeteria du musée, nous reprenons tranquillement le chemin de notre « maison » sous le soleil enfin revenu.

Dimanche 14 mai

Du soleil ce matin, nous avons bien fait d’attendre aujourd’hui pour faire ce tour de ville en bus ! Le premier arrêt où nous descendons est le Reichstag et la Porte de Brandebourg. Le Reichstag est redevenu en 1990 le siège du parlement allemand lorsque, après la réunification, celui-ci fut transféré de Bonn à Berlin. Les principaux bâtiments du gouvernement sont concentrés dans ce quartier.

2017-05-14-berlin-090 2017-05-14-berlin-082

La porte de Brandebourg (Brandenburger Tor), inspirée de l’Acropole d’Athènes fut achevée en 1791. Au sommet de cette porte se trouve une sculpture de Johann Gottfried Shadow représentant la déesse ailée de la victoire conduisant un char tiré par 4 chevaux.

2017-05-14-berlin-087 2017-05-14-berlin-088

Arrêt suivant au Château de Charlottenburg doré, doré, … Notre guide parle d’un « joyau du baroque, l’un des rares sites qui reflètent encore la grandeur d’antan des Hohenzoller« . Et il ajoute, à juste titre que « les appartements royaux de l’ancien château sont une débauche de stuc, de brocart et d’or« . Un grand parc sépare le château de la Spree.

2017-05-14-berlin-092 2017-05-14-berlin-093

Enfin, dernier arrêt au célèbre « Check Point Charlie« . Il reste juste une guérite au milieu de la rue. Un peu avant, nous avions longé quelques mètres de l’ancien mur de Berlin.

2017-05-14-berlin-097 2017-05-14-berlin-095

Intéressant ce tour en bus qui permet de voir des quartiers différents et des monuments touristiques.

Sous une petite pluie, nous rentrons au fourgon après nous être arrêtés, à la sortie de la station de métro Leinestrasse à une pâtisserie turque qui fait des baklavas aussi bons que ceux d’Ankara !

Berlin est une ville agréable, tout u moins la partie que nous avons visitée. Les gens sont habillés dans tous les styles mais

s semblent entrainées à la marche à pied.

Lundi 15 mai

Chuss Berlin ! Nous quittons notre petite rue bien tranquille et allons vers Rostock pour prendre un ferry qui nous mènera en Suède à Trelleborg non loin de Malmö. Nous révisons notre vocabulaire routier en sortant de Berlin : « staugefahr » (bouchons) mais beaucoup moins que pour y rentrer jeudi dernier.

D’immenses champs de colza nous offrent une forte odeur pas toujours agréable. Quelques champs d’éoliennes apportent une touche verticale à un paysage un peu plat. Nous avons beaucoup moins de camions quand enfin les autoroutes vers Hambourg et vers Rostock se séparent.

Comme nous ne voulons pas arriver au milieu de la nuit en Suède, nous devrons attendre demain pour traverser. Nous choisissons le départ de 15 h 30 (arrivée prévue à 21 h) car il est le moins cher (seulement 44 euros pour Ive et nous 2, près de 3 fois moins cher qu’à d’autres heures). Nous réservons par internet. Pour attendre, nous allons sur le port où les parkings sont nombreux et nous installons pour la nuit près de 2 autres CC (un autrichien et un belge).

Mardi 16 mai

Nuit tranquille sur le port. A 6 heures du matin nous allons un peu plus loin car un camion s’installe à côté de nous et laisse son moteur en marche. Petite pluie toute la journée que nous passons à lire, cuisiner, faire un peu de rangement. A 13 h 30 nous nous présentons au quai d’embarquement et montons tout de suite à bord du ferry. Ferry visiblement récent, très bel intérieur, confortable. Traversée calme tant sur la mer que dans le bateau. Peu de monde à bord. Nous avons commandé le « repas du marin » (9 €) et alors que nous pensions avoir seulement un plat, nous sommes surpris d’obtenir un repas complet (entrée, plat complet, dessert, boisson).

Aucun contrôle à la « frontière ». Nous allons en ville pour trouver un parking et nous nous installons pour la nuit sur celui de la mairie.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *