Débuts de voyage

Du vendredi 30 mars au samedi 14 avril 2012

 

Il est 11 heures ce matin lorsque nous vérifions une dernière fois qu’il ne reste rien sur la table, que le courant électrique et l’arrivée d’eau sont bien fermés… Un petit tour de clé et nous voilà sur la route. Rapidement, nous avons l’impression que les freins ne répondent pas correctement. Renseignements pris auprès de Frédéric, notre garagiste maison, nous en concluons qu’il faut changer le cerveau frein. Rendez-vous auprès d’Iveco, la réparation sera effectuée lundi matin. Finalement, nous changerons aussi le maître cylindre : 1 012 euros qui n’étaient pas prévus !

Comme à notre habitude (voyages en 2008 vers le Cap Nord et 2010 vers la Mongolie), nous commençons par aller dire au revoir à la famille puis, le 3 avril, cap à l’ouest pour voir s’il y a enfin quelque chose de nouveau ! Nous avons le temps car il ne nous faut être sur les quais d’Anvers (Antwerpen en Belgique) que le 16 avril. Encore quelques étapes dans la famille et chez des amis, des accueils chaleureux, des moments de retrouvailles touchants. Au passage, nous visitons le musée Jules Verne à Nantes qui était fermé le jour où nous y étions passés en 2008. Ça va, le capitaine Nemo est toujours fidèle au poste et Jules Verne enfant, sagement assis sur son banc, scrute toujours l’horizon.

site-2012-04-06-nantes-musee-verne02     site-2012-04-06-nantes-musee-verne03

A Saint-Nazaire, plus précisément à Saint-Marc-sur-Mer, nous rendons visite à Monsieur Hulot qui semble avoir perdu sa pipe, à moins que ce ne soit une action des anti-tabagistes ? (voir « les vacances de Monsieur Hulot » de Jacques Tati) et visitons un peu La Baule : il faut aller dans les rues derrière le front de mer pour retrouver des maisons agréable et ainsi échapper à cette enfilade d’immeubles touristiques.

site-2012-04-06-st-nazaire-hulot03

Sur la côte bretonne, nous ne manquons pas de retourner à Roscoff que nous avions particulièrement apprécié en 2008. Impressions confirmées mais, encore une fois, nous y sommes pour la marée basse.

site-2012-04-10-roscoff01    site-2012-04-10-roscoff16    site-2012-04-10-roscoff14

C’est à Plemeur-Bodou que nous découvrons l’antenne qui a servi à la première émission de télévision entre l’Europe et les Etats-Unis en 1956. Elle se trouve sous un dôme d’où le nom donné à ce lieu de « Radome » (le radar du dôme). Impressionnant !

site-2012-04-11-radome-pleumer-bodou04    site-2012-04-11-radome-pleumer-bodou03

Notre dernière visite en France sera pour les jardins de Giverny et la maison de Monet. Jardins magnifiquement entretenus aux nombreuses fleurs multicolores (était-ce aussi bien tiré au cordeau du temps de Monet ?). Quel dommage que la glycine sur le petit pont de l’étang ne soit pas fleurie !

site-2012-04-13-jardins-monet-giverny003    site-2012-04-13-jardins-monet-giverny004    site-2012-04-13-jardins-monet-giverny008

A Anvers, nous trouvons sans difficulté le parking/camping où nous avons rendez-vous avec Jean-Noël ainsi que Audrey et Gaël qui embarquent le même jour que nous leur véhicule pour le Canada. Malheureusement, Marcel et Yveline de l’association CCRSM (Camping-car sur les Routes de la Soie et du Monde) avec qui nous avions préparé notre voyage ne seront pas de la partie : 10 jours avant le départ, ils ont dû tout annuler pour raison de santé. Mais, pour eux, ce n’est que partie remise pour 2013 et nous comptons bien nous retrouver en Alaska.
 

Dimanche 15 avril 2012

Nous pensions être tranquilles sur cet ancien camping transformé en parking et aire de camping-car mais il y a beaucoup de monde lorsque nous sommes arrivés la veille au soir. Le matin, dès 7 heures, c’est un balai incessant de voitures qui se poursuivra toute la journée. En effet, il y a, aux halls d’exposition proches, une braderie de tissus et une exposition canine et c’est ici le seul parking du coin ! Nous retrouvons Jean-Noël en fin de matinée. Nous passons du temps à préparer le départ : trier ce que nous allons emmener en avion, re-nettoyer à fond le camion pour qu’il n’y ait plus de traces de poussière, de boue, mettre en place la cloison qui séparera la cabine de l’arrière, …
 

Lundi 16 avril 2012

Il nous a fallu encore pas mal de temps (1 h ½ en plus des 2 h 1/1 d’hier) pour finir de préparer notre petit Ive à la séparation. Ensuite 30 km pour aller jusqu’au port : aïe, aïe, quelques gouttes de pluie mais pas plus donc notre fourgon ne sera pas sali ! Les formalités à la douane se font en quelques minutes puis on va déposer Ive sur la quai PSA n° 869. Là aussi, c’est très rapide. On y retrouve Audrey et Gaël avec qui nous allons en taxi jusqu’à notre hôtel près de la gare.

site-2012-04-16-anvers-port001

Repas et petit tour en ville jusqu’à la grande place de l’hôtel de ville que nous avions déjà visité en 2008. Silvius Brabo domine toujours la fontaine au milieu de la place. C’était un soldat romain qui tua le géant Druon Antigone. Ce géant faisait payer le passage de l’Escaut et il punissait ceux qui refusaient de payer en leur tranchant la main. Silvius Brabo tua le géant, coupa sa main et la jeta dans le fleuve. Cette légende serait à l’origine du nom d’Antwerpen (jeter la main)!! Nous avons retrouvé les explications données par Marie-Jo à l’époque smile
 

site-2012-04-17-anvers-ville006     site-2012-04-17-anvers-ville007


Mardi 17 avril 2012

Matinée de vacances ! La gare est grandiose, on y croise Audrey et Gaël qui repartent aussi en France. TGV Thalis jusqu’à Paris, gare du Nord puis RER B et navette jusqu’à notre hôtel à Roissy.
 

Mercredi 18 avril 2012

C’est aujourd’hui qu’Ive prend la mer…

Re-navette pour retourner jusqu’à l’aéroport qui s’étend sur un nombre impressionnant de kilomètres : infrastructure routière, hôtels; bureaux, … Enregistrement des bagages et passage de la douane en un temps record : même pas de file d’attente, des personnels aimables, souriants, … ça nous change des heures passées aux frontières lors de notre précédent voyage ! On oublie de s’acheter des journaux, tant pis, nous avons tout de même de quoi lire. Vol sur des sièges « boites de sardines » : on n’aurait même pas la place de mettre la tête sur nos genoux comme ils expliquent dans les consignes de sécurité, c’est sûr ! Par contre, on a souvent à manger et à boire. Nous sommes sur Air Transat, les écouteurs individuels sont payants : pas grave vu les navets qu’ils proposent ! Nous sommes partis à 9 h 30 et, avec le décalage horaire, nous arrivons à Montréal vers 11 heures. Nous allons au bureau de l’immigration pour essayer d’avoir tout de suite un visa d’un an pour le Canada mais non, il faudra y retourner car pour l’instant on ne nous accorde que les 6 mois habituels. Aux bureaux d’Air Canada on apprend qu’il n’y a plus de place pour les vols vers St John’s (Terre Neuve) et celles des jours à venir sont à des prix dissuasifs. On change illico nos projets : on va passer quelques jours à Montréal puis on ira à Halifax. Terre-Neuve et Saint-Pierre-et-Miquelon, ce sera pour plus tard. On décide donc d’aller dormir à Montréal. On questionne le service de renseignements qui nous trouve une chambre d’hôtes au centre ville.

Le bus 747 nous dépose à la gare centrale des autocars, à 2 pas de cette chambre. En s’y rendant, nous trouvons finalement un petit hôtel qui, après négociations, nous propose la chambre avec petit-déjeuner à 55 dollars (environ 43 euros) (Hôtel Bon Accueil, rue Saint Hubert). C’est bien moins cher que la chambre d’hôte trouvée (70 dollars sans le petit dej). On réussit à ne s’écrouler que vers 20 heures et, bien sûr, à 4 heures du matin nous sommes réveillés (10 heures en France).
 

Jeudi 19 avril 2012

A 7 heures 30, nous prenons notre petit déjeuner. Objectif du jour : trouver comment se rendre à Halifax. Par internet (WiFi dans l’hôtel), nous savons que les vols à des prix intéressants ne pourront se faire que le mardi 1° mai. Louer une voiture serait certainement la solution la plus intéressante mais en lisant les petites lignes, on se rend compte qu’il faut aussi compter des frais de trajet unique (le fait de prendre son véhicule à Montréal et de le laisser à Halifax). Renseignements pris, ces frais s’élèvent à 1200 euros ! A la gare routière, on apprend que les chauffeurs de cette ligne sont en grève depuis le 2 décembre ! Nous allons à la gare centrale ferroviaire : c’est possible mais le voyage dure 22 heures (environ 1400 km).

On fait connaissance avec le réseau souterrain de Montréal (le RESO : 33 km de couloirs, galeries marchandes, centres commerciaux, hôtels, …). On marche, marche, marche dans des couloirs immenses et souvent vides (ça ne doit pas être pareil en hiver mais on en reparlera certainement plus tard …).

Il fait beau et très chaud aujourd’hui. Nous allons jusqu’aux quais où se trouve le chapiteau du Cirque du Soleil. Sur la place Jacques Cartier (photo ci-dessous, nous allons voir une galerie d’art inuit: très, très beaux objets mais très, très chers et les vendeurs sont très, très insistants et nous très, très difficiles à convaincre malgré des rabais très, très importants.

site-2010-04-montreal-place-cartier013

Nous visitons le musée du Château Ramezay : Claude de Ramezay était le 11° gouverneur français de Montréal. Il s’est fait construire ce « château » en 1705. Il est transformé aujourd’hui en musée et dédié à l’histoire économique, politique et sociale de Montréal. Intéressant mais la muséographie aurait bien besoin d’être revue. Nous retournons à l’hôtel à pied en moins d’une demie heure. Il fait très chaud en ville et encore plus dans les galeries marchandes.
 

Vendredi 20 avril 2012

On abandonne donc définitivement le projet d’aller tranquillement en voiture de location à Halifax et nous décidons d’aller acheter nos billets de train. On prend la rue Sainte Catherine, une des principales rues commerçantes de Montréal. Rien de génial, les prix ne sont pas toujours indiqués. Au passage, nous visitons une galerie marchande qui s’étale sur plusieurs étages (au fil des jours, nous en découvrirons d’autres). Nous faisons une première recherche pour acheter une liseuse : c’est bien un des rares produits qui soit moins cher qu’en France ! Le prix des livres nous surprend : en gros, vous prenez le prix en euro et vous le multipliez pratiquement par 2 pour obtenir celui en dollars. Nous trouvons un magasin d’artisanat indien et, surtout, un très beau magasin de papeterie, carterie, … « l’essence du papier ». Ça y est, nous avons nos billets, nous partirons jeudi à 18 h 30 et serons à Halifax le lendemain à 17 h 15 ! Presque 22 heures de voyage compte-tenu du décalage horaire (-1 heure). Il n’y avait plus de chambres libres ni même de couchettes mais quand on voit le prix, peut-être que nous n’en aurions pas pris…
 

Samedi 21 avril 2012

Journée sous la pluie mais enfin une température agréable ! L’hiver risque d’être difficile car les intérieurs (hôtel, galeries marchandes, métros, RESO, … ) sont surchauffés alors que l’extérieur doit être bien frisquet. Nous visitons le musée des Beaux Arts qui se divise en plusieurs bâtiments (dont une ancienne église) reliés entre eux par le sous-sol. L’accès en est gratuit (sauf pour les expositions temporaires). Que voilà une bonne chose ! Je pense que nous approfondirons cet hiver : peintures, art inuit, art canadien, … Nous y retrouvons, avec un tableau de Monet, le jardin de Giverny.

Nous revenons à l’hôtel sous une petite pluie persistante avec une température affichée de 6 degrés. Au restaurant, nous n’avons pas encore pris la mesure des portions de nourriture : ce qu’on nous sert pour une personne convient à 2 !
 

Dimanche 22 avril 2012

Journée grise mais sans pluie, 9° affichés à l’abri. A la météo, le soir, nous entendons parler de neige possible…

Aujourd’hui, nous nous offrons avec beaucoup d’avance, nos cadeaux d’anniversaire 2012 : 2 places pour le spectacle Amaluna au Cirque du Soleil. Places un peu chères (104 $ l’une) mais ça vaut largement le coup ! Dans la trame d’une histoire sont intégrés des numéros de cirque la plupart basés sur la performance physique (contorsionnistes, équilibristes, …). Tout y est : décors, musiciens et chanteurs en direct, éclairages, … Un excellent moment avec, en prime, un gros pot de maïs soufflé (comme dans les films étatsuniens). Au retour, nous nous arrêtons dans un « pharmaprix » : il y a bien sûr des produits pharmaceutiques mais également un peu de tout dont l’alimentation mais pas de produits frais. Il faut souligner l’importance des possibilités de restauration, surtout de la « restauration rapide » : il y en a de partout et pour tous les goûts : asiatique, italien, mexicain, … mais où est donc la cuisine canadienne ou québécoise ?


Lundi 23 avril 2012

Pluie, vent, 7° à l’abri. On explore le guide touristique officiel de Montréal. Beaucoup de choses à voir mais tout ce qu’on voudrait visiter en intérieur est fermé aujourd’hui car nous sommes lundi. On décide de se rabattre sur le RESO et de l’explorer un peu plus. On explore sur le Boulevard Sainte Catherine le « Complexe Desjardins » et là, surprise, nous trouvons le magasin « IGA », supermarché de l’alimentation (le lendemain, nous en trouverons un autre à moins de 500 mètres de l’hôtel) ! Nous avons bien la confirmation que les produits alimentaires sont chers ici et que les prix affichés sont bien hors taxes. En fait, la première taxe de 5% est une taxe de l’état du Canada alors que la 2° (9,5 % pour le Québec est une taxe provinciale qui varie donc d’une province à l’autre. Nous voulons aussi retrouver une autre galerie commerciale dans cette rue où nous avions mangé de délicieuses salades. Là, c’est plus dur : toutes ces galeries se ressemblent, magasins à l’infini, le plus souvent les mêmes enseignes qui reviennent, les mêmes snack-bars qui se répètent autour d’un espace commun, … Nous tournons un bon moment puis la boussole Jean-Jack finit par trouver… Du coup, après la salade, on s’offre une « poutine » (frites avec une sauce).

Retour à l’hôtel, un peu de télévision mais on a vite envie de l’arrêter car il y a une coupure publicitaire tous les 10 ou 15 minutes et ce n’est pas de la blague. Nous avons même trouvé TV5 qui diffuse avec quelques jours de décalage « Questions pour un champion » et « Tout le monde veut prendre sa place ». Ces émissions sont elles aussi coupées par la publicité ! Nous regardons tout de même un peu les infos : il a effectivement neigé mais plus au Nord vers le lac St-Jean. Dimanche, c’était « le jour de la Terre » au Canada : des dizaines de milliers de manifestants dont de nombreux arboraient des pancartes « Non au gaz de schiste ». Ces jours-ci également, les manifestations étudiantes contre l’augmentation des frais de scolarité sont nombreuses : charges de police, matraquages, arrestations, … MAM aurait-elle vendu ici aussi des conseils et du matériel ?
 

Mardi 24 avril 2012

Toujours gris et des averses ! Nous allons explorer la grande bibliothèque de Montréal (à 300 mètres de notre hôtel) et y prendre des renseignements pour cet hiver… Grand bâtiment très vitré, très lumineux. Les livres sont en libre accès et libre consultation sur place. Il suffit d’habiter Montréal pour pouvoir en emprunter. On aura de quoi lire plus tard. Nous allons ensuite juste à côté, à la « Cinérobothèque » de l’ONF (Office National du Film). Ce site propose le visionnage gratuit des films (documentaires ou fictions) produits par l’ONF. Nous apprenons que, en raison de coupes sombres dans le budget, la Cinérobothèque fermera définitivement ses portes début septembre. Tiens, ici aussi, la culture morfle !


Mercredi 25 avril 2012

La météo avait annoncé des éclaircies et ce fut bien le cas. Nous allons donc au jardin botanique situé près du Parc olympique avec sa grande tour penchée (de Montréal). L’entrée est un peu chère même si la visite est passionnante : 17,50$ pour parcourir les serres où sont reconstitués un espace de forêt humide, un autre désertique, … Dans 2 de ces serres, 5 000 papillons ont été lâchés. C’est très joli mais, bien sûr, ils s’agglutinent sur les vitrages. On fait ensuite une grande balade dans le jardin lui-même et son arboretum. Dommage que ce ne soit que le tout début du printemps !

 site-2010-04-montreal-stade-olympique033     site-2010-04-25-montreal-jardin-botanique040

 site-2010-04-25-montreal-jardin-botanique035     site-2010-04-25-montreal-jardin-botanique037

Dans la nuit, on entend des bruits d’hélicoptères : on apprendra demain aux informations que la police a encore chargé les manifestations d’étudiants contre l’augmentation des frais d’inscription.


Jeudi 26 avril 2012

Nous quittons le Bon Accueil. Nous allons tout de suite à la gare pour faire enregistrer nos bagages comme ça nous n’aurons plus à nous en occuper jusqu’à notre arrivée à Halifax. Nous allons faire un tour en ville puis en sous-ville et retournons à la gare attendre le départ du train. Privilège de l’âge, nous faisons partie du groupe qui montera en priorité dans le train pour choisir sa place… Départ donc vers 18 h 30.


Vendredi 27 avril 2012

Nuit dans le train. On arrive à y somnoler un peu. Dans la journée, nous traversons un paysage très marécageux avec des bouleaux et des sapins. Cela continue jusqu’à Halifax avec de temps en temps des villes, villages et maisons. Arrivés à Halifax, nous partons en quête d’un hôtel. A l’Auberge de Jeunesse, il n’y a plus de « private room » (dont le prix est tout de même de 75$ HT) et nous n’avons pas envie de nous retrouver en dortoir. Nous allons finalement au « Four Points Hôtel » qui nous donne sa chambre la moins chère : 110$ hors taxes bien sûr. Nous avons certes une très grande chambre spacieuse mais avec un air conditionné bruyant qu’on ne peut même pas arrêter !


Samedi 28 avril 2012

Ce matin, on découvre que le petit-déjeuner n’est même pas compris dans le prix de la chambre ! Nous allons à l’office de tourisme qui n’arrive pas à nous trouver une chambre moins chère (ou alors il faut sortir de la ville) mais nous remet de la documentation avec plusieurs brochures en français. Nous apprenons ainsi que le port d’Halifax est lié au Titanic dont on parle tant en ce moment en raison du centenaire de la catastrophe. C’est en effet ici que tous les corps ont été ramenés (alors que les survivants étaient rapatriés vers New-York). Nombre d’entre eux sont d’ailleurs enterrés dans les cimetières de la ville. En 1917, un bateau français, le Mont-Blanc qui transportait des dizaines de tonnes d’explosifs a pris feu suite à une collision avec un autre bateau et a explosé. Les dégâts ont été considérables tant matériels qu’humains : près de 2 000 victimes, des milliers de blessés, … On fait quelques courses dans un supermarché et on se promène en ville en continuant nos recherches hôtelières. On voit de jolies maisons en bois très colorées mais aussi de grands immeubles. Nous trouvons une auberge un peu moins chère (98$ avec le petit déjeuner, environ 75€) : Waverley Inn. Il fait un froid de canard, on a même eu droit dans l’après-midi à quelques minuscules flocons de neige !


Dimanche 29 avril 2012

Le ciel s’était un peu dégagé hier soir et nous avons donc eu une journée ensoleillée et du ciel bleu : il fait légèrement moins froid mais quand on passe un coin de rue où souffle le vent, ça fait froid aux oreilles ! Nous allons jusqu’au Halifax Public Garden, un jardin qui a gardé son style victorien. Les arbres sont encore sans feuilles et les parterres de fleurs (narcisses, pensées, tulipes, jonquilles, jacinthes) sont bien « maigroulets ». Nous montons ensuite jusqu’à la Citadelle, « lieu historique national », forteresse militaire en forme d’étoile qui n’a d’ailleurs jamais été attaquée. Malheureusement, la visite des bâtiments ne commence que le 7 mai et on peut donc juste faire le tour des remparts. Sympa les coups d’œil sur la ville où les immeubles (pas très hauts d’ailleurs) et les maisons d’habitation se côtoient.


Lundi 30 avril 2012

Soleil le matin puis encore un peu de grisaille. Frisquet au vent et à l’ombre. Nous faisons la promenade sur les quais en bois qui longent l’océan. C’est agréable, il y a très peu de monde. Nous sommes lundi et les musées sont fermés ainsi que de nombreuses boutiques dont certaines, visiblement, n’ont pas encore commencé la saison. Certains endroits du port ont conservé de vieux bâtiments et d’anciens entrepôts en bois ou en pierre. La circulation, de ce qu’on en voit en tout cas, est plutôt tranquille. Les automobilistes sont très attentifs aux piétons voulant traverser et s’arrêtent en leur faisant signe de passer. Nous avons trouvé 2 supermarchés vers la gare et une station servant aussi du diesel (ce n’est pas le cas pour toutes les stations au Canada). Le litre de diesel est actuellement à 1,312$ soit environ 1 euro.
 

Mardi 1° mai

Nous sortons de l’hôtel et nous croisons … Audrey, Gaël et Jules, leur charmant petit garçon de 16 mois. Ils se joignent à nous pour aller voir s’il est déjà possible de faire les papiers pour récupérer notre fourgon demain matin. Au premier bureau, celui du transitaire « Atlantic Customs Broker« , nous sommes très bien accueillis. Nous apprenons que le bateau n’est arrivé qu’hier et que, effectivement, nous pouvons faire toutes les démarches administratives aujourd’hui mais que nous n’aurons notre véhicule que demain matin. Il y avait 13 camping-cars sur cette traversée et, nous disent-ils, c’est la première fois qu’ils en ont autant, le maximum jusqu’à présent avait été 8. Les démarches sont rapides et coutent 150 $.

Nous allons ensuite au bureau de la douane et, là aussi, les démarches sont rapides : un simple coup de tampon sur un formulaire puis la question qui tue « vous avez des armes à feu ? », et c’est tout ! Repos ensuite jusqu’à 17 heures Là, nous allons au musée de la Marine (gratuit tous les mardis de 17 h 30 à 21 h) où nous avions donné rendez-vous à Jean-Noël rencontré à Anvers. Musée très intéressant, beaucoup de choses sur la fondation d’Halifax, la marine de guerre, l’explosion du « Mont-Blanc » en 1917, le « Titanic« , l’évolution des bateaux, … Beaucoup de maquettes, d’objets de marine (‘compas, sextants, octants,..), un petit coin sur la marine à voiles. On y passe près de 2 heures.

site-2010-04-29-halifax-quais062

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *