Saint-Pierre-et-Miquelon

Du mercredi 6 juin
au dimanche 13 juin 2012

site-st-pierre-et-miquelon02

Extrait du site de Saint-Pierre-et-Miquelon

(http://www.st-pierre-et-miquelon.com/francais/geographie.php)
Saint-Pierre

Saint-Pierre est le chef-lieu, le centre commercial et administratif de l’ar-chipel. Avec une population de 6500 habitants, Saint-Pierre bénéficie d’une infrastructure moderne et urbaine. Les habitants de Saint-Pierre sont descendants de Basques, Bretons, Normands et Français d’autres régions de métropole.

Ile aux Marins (Ile aux Chiens)

Le petit îlot qui se trouve juste en face du port de Saint-Pierre fut autrefois un village de plus 600 âmes. L’avènement des embarcations motorisées contribua au déclin de cette commune, cependant les habitants de l’archipel ont fait de cette île un Musée vi-vant.

Miquelon

Au nord de la grande île de Miquelon-Langlade se trouve le village de Mi-quelon, peuplée de 600 habitants d’origine basque et acadienne. La nature est omniprésente sur cette île et sur celle de Langlade au Sud. Une dune de sable, de 12 kilomètres de long relie ces deux îles, et sert de cimetière à plus de 500 épaves.

Langlade

Située au sud de Miquelon, Langlade est une île enchanteresse entourée de falaises escarpées. Quelques exploitations agricoles produisent des fruits, légumes et on y trouve aussi un élevage artisanal.

Îlots et dépendances

Au-delà des îles Saint-Pierre, Miquelon et Langlade, il existe un certain nombre d’îlots qui ne sont pas faciles d’accès mais dont la faune et la flore n’ont jamais été touchées par la présence de l’homme tel le Grand Colombier. D’autres îlots ont été tour à tour occupés puis abandonnés, telles l’île aux Pigeons, l’île aux Vainqueurs et l’île Verte.

Mercredi 6 juin 2012

On prépare notre petit Ive à une (petite) séparation sous la pluie qui a commencé à tomber au milieu de la nuit et qui ne s’arrêtera que vers midi ! Il ne nous faut que 7 minutes pour mettre en place les grilles qui séparent la cabine de l’arrière.

Nous allons ensuite sur le port de Fortune et achetons nos billets pour St-Pierre (75 € l’aller-retour, « seulement » 70 pour les plus de 60 ans). Nous installons ensuite Ive dans un petit parking grillagé (parking sécurisé qu’ils disent pour 8$ par jour). Beaucoup de monde pour embarquer sur «  Le Cabestan » : couples de touristes, groupes de jeunes écoliers, … La pluie a cessé et nous aurons même droit à un rayon de soleil en arrivant sur l’île. La mer nous secoue dès la sortie du port et la fin de la traversée qui ne dure qu’une heure, sera bien difficile !

On passe au large de Langlade et de Miquelon. Les premiers abords de St-Pierre montrent des collines vertes mais sans arbres. On retrouve les maisons en bois colorée que nous voyons depuis un mois et demi. Le passage en douane est une pure formalité. Nous montons jusqu’à notre pension de famille (un équivalent de notre chambre d’hôte ou d’un B and B : http://www.pensiondodeman.com/). Nous ressortons faire un tour dans la ville Souper au restaurant «  Saveur des îles » : morue au sirop d’érable, gambas et coquilles st Jacques.

Jeudi 7 juin 2012

Ciel gris, fini le soleil ! Seulement 11° à l’extérieur. On profite d’internet pour « skipper » et « 9talker »… On descend un peu tard dans la matinée si bien que, après avoir visité le cimetière (original, des caveaux avec des hublots comme sur les bateaux), la plupart des magasins sont fermés ainsi que le musée. Heureusement, il nous reste «  l’Atelier Gourmand » : homard grillé au chorizo et crabe des neiges…

site-2012-06-07-saint-pierre009

site-2012-06-07-saint-pierre008

Nous allons ensuite visiter le Musée de l’Arche : expo sur la pêche, la vie des pêcheurs et des travailleurs de la morue, sur l’histoire plus générale de l’économie de l’archipel. Intéressant mais beaucoup de grands panneaux à lire.

site-2012-06-07-saint-pierre010    site-2012-06-07-saint-pierre013

En sortant, nous faisons le tour des rayons de la petite surface de Saint-Pierre et on achète même du gruyère pour le soir ! Nous passons à l’office du tourisme glaner quelques informations pour demain, « visitons » la maison de la presse, une des 2 boulangeries, la Poste et nous remontons tranquillement vers notre chambre. Le Musée de l’héritage n’ouvre que le 15 juin. Tant pis !

Vendredi 8 juin 2012

Gris, frais (froid même) mais enfin du soleil dans l’après-midi. Nous avons choisi de faire ce matin le tour guidé de l ‘île des Marins (anciennement île aux chiens). Nous embarquons sur un zodiaque, seuls touristes à braver le mauvais temps mais, fort heureusement, nous nous sommes bien couverts et, avec le gilet, nous avons fière allure !

site-2012-06-08-saint-pierre001    site-2012-06-08-saint-pierre024site-2012-06-08-saint-pierre024

Cette île fut utilisée au plus fort de la pêche à la morue et compta jusqu’à 600 habitants. Le dernier la quitta définitivement en 1965 et, depuis, ne subsistent que quelques maisons transformées en résidences secondaires. Notre jeune guide nous montre comment étaient installés les pêcheurs et leur famille ! Ils disposaient de parcelles rectangulaires allongées avec, côté mer un plan incliné pour monter et descendre leur doris, une maison, uns saline (construction pour ranger le sel, le matériel de pêche, …). Côté terre; ils avaient une grave pour faire sécher la morue (une grave est une étendue avec de gros galets, on y dispose la morue dessus lorsque le temps le permet, l’air circule entre les galets). La vie a dû être rude dans ces temps-là. On visite la mairie où sont exposés de nombreux documents (textes, photos, dessins,…) et l’église, très grande par rapport à la petitesse de l’île. L’école abrite désormais un musée, non visitable en ce moment.

site-2012-06-08-saint-pierre019    site-2012-06-08-saint-pierre020

Avec le zodiaque, nous allons tourner devant les 2 goélettes arrivées le matin même à Saint-Pierre : la Belle Poule et l’ Etoile. De bien jolis bâtiments ! Ces goélettes paimpolaises sont les derniers bâtiments de la Marine nationale à avoir effectivement fait partie des Forces navales françaises libres. Elles arborent donc à ce titre le pavillon à la croix de Lorraine au beaupré. Nouveau petit tour en ville après cette virée marine : nous longeons le port jusqu’aux salines qui servent encore à entreposer le matériel des quelques pêcheurs Saint-Pierrais. Il n’y a plus aucune industrie actuellement sur l’île, ils doivent porter leur pêche (encore un peu de morue, du homard et des crabes des neiges) à Terre-Neuve. Déjeuner à « l’Escale ».

site-2012-06-08-saint-pierre010    site-2012-06-08-saint-pierre026

En fin d’après-midi, quand le soleil brille enfin, nous montons jusqu’au belvédère de l’ anse à Pierre où nous avons un joli coup d’œil sur la ville, la rade, l’île aux Marins. Les peintures des façades ne sont pas réglementées mais bien réparties.

site-2012-06-09-saint-pierre028    site-2012-06-09-saint-pierre034

Samedi 9 juin 2012

Grand ciel bleu mais toujours très frais : nous n’enlèverons pas notre blouson. Tour en voiture de la ville de Saint-Pierre et de ses environs (15 € par personne avec « le caillou blanc »). De jolies vues sur différents points de la côte. Nous déjeunons au «  Feu de braise » : saumon et gratin de morue farcie au crabe.

site-2012-06-09-saint-pierre039site-2012-06-09-saint-pierre039    site-2012-06-09-saint-pierre040site-2012-06-09-saint-pierre040

Dans l’après-midi, quelques achats de produits alimentaires français au supermarché !

Dimanche 10 juin 2012

La journée commence avec la célèbre brume de Saint-Pierre qui se dissipe peu à peu Nous reprenons «  Le Cabestan » pour revenir à Fortune : il est question de céder cette liaison assurée par le Conseil Général à un prix presque abordable à une entreprise privée…. Ça secoue pas mal dans la première moitié du voyage (nous nous sommes prudemment assis à l’arrière du bateau) puis c’est moins houleux (pas besoin de petit sac…).

Arrivés à Fortune, nous trouvons du soleil et un air plus doux qu’à Saint-Pierre. Nous demandons à la douane si on peut avoir un visa pour un an mais le douanier nous le refuse gentiment en nous conseillant d’aller seulement quelques heures aux USA puis de revenir au Canada pour avoir de nouveau un visa de 6 mois. Les douaniers, à la frontière, peuvent très bien délivrer un visa d’un an mais on a l’impression qu’aucun d’entre eux ne veut en prendre la responsabilité ! Tant pis, on a encore 6 nouveaux mois maintenant (donc jusqu’au 10 novembre) et, à Montréal, nous irons au service de l’immigration.

Nous retrouvons avec joie notre petit Ive qui se remet rapidement en route, direction l’ouest et Port-aux-Basques pour retraverser vers la Nouvelle Ecosse. Nous avons réservé une place pour mercredi matin : 950 km à faire… Certes, il y a aussi une liaison à partir de Argentia à « seulement » 300 km de Fortune mais elle n’ouvre que le 15 juin !

Bivouac au bord de la rivière de Clarenville où nous avons rejoint la TCH ( Trans Canada Highway)

Lundi 11 juin 2012

Toute la journée sur la TCH : nous faisons presque 450 km aujourd’hui. Circulation pépère quoique avec un peu plus de roulottes et de Véhicules Récréatifs. Du soleil : 11° ce matin et jusqu’à 23° dans la journée ! Ça y est, il semblerait que nous ayons trouvé le printemps et laissé l’hiver à Saint-Pierre. Nous avons aussi retrouvé les forêts et les étendues d’eau à l’infini. Nous bivouaquons dans la forêt avant d’arriver à Deer Lake.

Mardi 12 juin 2012

Route de Deer Lake à Port-aux-Basques. On aperçoit encore un peu de neige sur les hauteurs mais nous avons du soleil toute la journée. Il y a 3 semaines, nous avions fait cette route sous la pluie, quel changement ! Sur le parking de l’office tourisme où nous avions alors passé la nuit, ils ont mis de jolis panneaux «  No overnight » ! Tant pis, on a repéré un autre parking à l’entrée du village qui est toujours « overnight » et qui, en plus, offre la connexion WiFi de l’hôtel voisin. Profitons-en !

Mercredi 13 juin 2012

Traversée de Port-aux-Basques à North-Sydney : un dernier coup d’œil à Terre-Neuve et, Nouvelle-Ecosse , nous revoilà !

site-2012-06-13-terre-neuve005

Journée pluvieuse mais le printemps a travaillé pendant nos 3 semaines d’incursion à Terre-Neuve : lupins et lilas sont tout en fleurs.

Bivouac sur le parking d’un stade à Sydney .

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *