Saguenay – Lac Saint-Jean (Québec)

Du jeudi 2 août
au au vendredi 11 août 2012

 

saguenay-lac03


Jeudi 2 août 2012

Journée encore très chaude (35-36°). Nous continuons notre chemin sur le bord nord du fjord du Saguenay en direction du lac Saint-Jean. Arrêt à Saint-Fulgence pour un économusée de la laine (le chevrier du Nord) où il y a un élevage de chèvres angora donnant du mohair, ainsi que quelques lapins angora. Nous voyons les différentes étapes de préparation de la laine, prenons connaissance des techniques traditionnelles (filetage, feutrage), … Jolies chevrettes avec leur toison bouclée (rassurez-vous, les loups sont loin…).

site-2012-08-02-lainerie008    site-2012-08-02-lainerie001

Connexion internet à Alma devant le centre info puis bivouac sur le parking du Walmart.

Vendredi 3 août 2012

Matinée nuageuse et fraîche. Pas de place au camping d’ Alma pourtant très grand. Il faut dire que nous sommes dans une région très touristique avec le lac Saint-Jean et en pleine «  vacances de la construction« . Fin juillet, début août, en effet, toutes les entreprises liées à la construction (maçons, couvreurs, électriciens, plombiers, …) ferment leur porte pendant 2 semaines, c’est cette période qui s ‘appelle «  vacances de la construction« . Nous croisons de plus en plus de Véhicules Récréatifs et de roulottes. De toutes les tailles d’ailleurs. De grands camping-cars qui ont plus l’allure de bus et qui parfois trainent leur propre voiture mais aussi des véhicules à « visage humain », beaucoup de Westphalia sur Volkswagen, ou de « petits » fourgons GMC, Dodge ou Ford. De même pour les caravanes, il y a les monstres habituels dont, à l’étape, on pousse les cloisons latérales mais également, en petit nombre, quelques toutes petites roulottes.

site-vr01

site-2012-08-09-val-jalbert-045    site-2012-08-09-val-jalbert-044

Faute de place au camping, nous allons finir notre journée au parking de Walmart non sans être passé auparavant dans une buanderie en ville.

Samedi 4 août 2012

Nos recherches de petit chalet au bord d’un lac n’aboutissent à rien : beaucoup sont occupés jusqu’au 15 août et finalement, vu les prix, cela ferait un peu cher pour nos finances. Tant pis, nous nous continuons donc sur la route du tour du lac Saint-Jean. Ce qu’on en voit n’a rien d’exceptionnel : c’est beaucoup déboisé, il y a des troupeaux et des champs de céréales pas tout à fait mûres. En approchant de Dolbeau, on voit plusieurs grands champs de bleuets, c’est-à-dire de myrtilles. C’est appelé «  bleuetière« . Dans cette ville de Dolbeau-Mistassini, il y a même en ce moment un «  festival du bleuet« . En fait, il y a des artisans, une scène avec quelques musiciens, des structures gonflables pour enfants, des jongleurs… Nous goûtons une part de tarte aux bleuets géante (pas très bonne) et quelques myrtilles crues (un peu fades, pas trop de goût).

Nous allons jusqu’à Albanel, petit village qui n’est pas directement sur le lac. Nous trouvons de la place au camping municipal et nous nous y installons pour 2 jours.

Dimanche 5 août 2012

Camping. Mini travaux sur le camion : regonfler le vase d’expansion ainsi que les pneus, vérifier les niveaux, coller le robinet de la cuve d’eau usée, dépoussiérer, ranger les livres et voilà la matinée qui est passée. Après-midi : pluie avec quelques violents orages, alors lectures, vidéo, internet (quand ça veut bien marcher).

Lundi 6 et mardi 7 août 2012

Nous restons au camping d’ Albanel à défaut de cabane au bord d’un lac… Pluie tout le mardi matin. Internet et tout le train-train…

Mercredi 8 août 2012

On the road again ! Après des courses à Normandin (IGA et fromagerie la Normandinoise), nous prenons la direction de Mashteunaitsh où nous visitons le musée amérindien. On y apprend que le lac Saint-Jean a vu son niveau augmenter en 1926 lors de la création d’un barrage pour l’industrie forestière. Du coup de nombreux lieux autochtones ont été noyés (la «  tragédie du lac Saint-Jean« ). Le terme de Montagnais est en fait une création européenne (« les habitants des montagnes »). Leur nom, que l’on retrouve maintenant de plus en plus souvent est «  innu » ou «  ilnu« . Une exposition temporaire d’un artiste contemporain propose de magnifiques œuvres en « pierre de savon » avec en particulier des ours tout rondelets et des dessins intéressants : visages fondus dans des paysages, 2 animaux passant l’un dans l’autre, … (désolé, interdit de photographier !). Des choses intéressantes dans ce musée et d’autres moins.

Nous trouvons une place pour bivouaquer à côté d’une « mise à l’eau » en bordure du lac. C’est juste à côté de l’endroit où a lieu ce soir la première soirée d’un festival de quelques jours « contes et légendes ». Nous y participons avec beaucoup de plaisir. 3 conteurs de 3 tribus différentes (micmac, innu et algonkin), chacun avec son style, ses histoires (et son stress).

Sur notre lieu de bivouac, en revenant, nous faisons connaissance avec nos voisins de parking et leur petit camping-car : c’est un Français d’ Annecy émigré au Canada depuis plus de 40 ans et une Equatorienne également au Canada depuis plus de 40 ans. Nous échangeons nos coordonnées et projetons de nous retrouver à Montréal où ils résident cet hiver.

 

Jeudi 9 août 2012

Nous visitons aujourd’hui Val-Jalbert, village construit autour d’une pulperie en fonction de 1902 à 1927. Nous avions déjà visité cet endroit il y a une quinzaine d’années (Boris et Mickaël, vous en rappelez-vous ?) et avions seulement gardé le souvenir d’une enfilade de maisons en bois dans une rue. Dans certaines rues, les maisons ont été laissées à l’abandon et, bien sûr, commencent à s’écrouler. Maintenant, quelques bâtiments sont ouverts : 2 ou 3 maisons, l’école-couvent, la Poste, le Magasin Général (aujourd’hui magasin de souvenirs), la Boucherie (convertie en studio photo pour touristes). On visite aussi la pulperie où il reste encore quelques grosses machines : le bois était broyé pour faire de la pâte à papier envoyée ensuite en Grande-Bretagne et aux USA pur être transformée en papier. Un téléphérique permet d’atteindre le sommet de la chute («  plus haute que celle de Niagara« ) d’où on a une très belle vue sur la forêt avoisinante et sur le lac Saint-Jean. 7 ou 8 personnes costumées font des séquences de sketches. L’intérieur des maisons et la prestance des animateurs sont bien décevants par rapport à ce que nous avons déjà vu : village loyaliste de Kingslanding près de Saint-John ou le village acadien de Caraquet au Nouveau Brunswick. En plus, ce qui est proposé à la cafétéria de la pulperie n’est pas bon !

site-2012-08-09-val-jalbert-015    site-2012-08-09-val-jalbert-009

site-2012-08-09-val-jalbert-013    site-2012-08-09-val-jalbert-023

site-2012-08-09-val-jalbert-030    site-2012-08-09-val-jalbert-032

site-2012-08-09-val-jalbert-035    site-2012-08-09-val-jalbert-039

Nous cherchons ensuite une petite place au bord du lac mais en vain, il y a maison sur maison et uniquement des chemins privés, même l’accès à la plage dite publique de Desbiens est payante ! Finalement, nous nous rabattons sur le parking de l’église de Desbiens en bordure de la 169 qui est bien bruyante.

Vendredi 10 août 2012

Nous allons vers Saguenay, « ville » qui n’existait pas sur notre carte de 1998. Il s’agit en fait d’une MRC : Municipalité de Regroupement de Communes qui comprend Chicoutimi, La Baie et Jonquière. Nous faisons un petit tour dans Jonquière juste pour constater que ça n’a rien à voir avec le Jonquières du Vaucluse où Jean-Jack est né et allons simplement y visiter le Centre National d’Exposition. 3 artistes autochtones y exposent des peintures et des sculptures mais ça n’a vraiment rien à voir avec l’art traditionnel des autochtones. C’est, encore, un des rares endroits où les photos sont interdites.

 site-2012-08-40-jonquiere001

 site-2012-08-40-jonquiere002

Nous laissons les champs de céréales, les prairies, les fermes, la région du Saguenay-Lac Saint-Jean pour rejoindre, par la 381, Baie Saint-Paul et la région de Charlevoix sur le Saint-Laurent. Nous retrouvons les grandes forêts de conifères, les lacs et les routes montagneuses. Celles-ci sont d’ailleurs dans l’ensemble en très bon état. Nous bivouaquons sur une aire de pique-nique vers Ferland et Boilleau, au bord de la rivière Ah ! Ah ! Demain matin, nous passerons entre le petit lac Ah ! Ah ! et le grand lac Ah ! Ah ! Ils sont marrants ces Canadiens avec ces noms !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *