Ouatouais (Québec) et Ottawa (Ontario)

Montréal et Laval, 16 au 18 mai 2013

 

itineraire01

Jeudi 16 mai 2013

Après un trajet TGV Aix-en-Provence/Roissy et un vol tranquille jusqu’à Montréal (7 h 30 de vol mais avec le décalage horaire de 6 heures, nous y sommes arrivés à 15 h 15), nous voilà de retour sur le sol canadien Evidemment, le douanier nous demande notre billet de retour (en principe obligatoire) et l’adresse de notre hôtel mais nos explications doivent le satisfaire puisqu’il nous laisse passer et ne nous renvoie pas illico en France (il parait que ça arrive parfois).

Jean-Michel, que nous avions rencontré avec Ligia à Masteuiatch au bord du lac Saint-Jean puis plusieurs fois à Montréal a eu l’extrême gentillesse de venir nous chercher à l’aéroport et de nous emmener jusqu’au garage de notre brave Ive, à Laval. Ouf, ça va, il nous a sagement attendus ! Le temps de rebrancher la batterie, de tourner la clef et le moteur démarre au quart de tour ! Direction Laval à quelques kilomètres de là où Ligia a mis à notre disposition une place de parking de sa résidence pour Ive. Elle nous accueille très gentiment dans son appartement jusqu’à samedi. Le décalage horaire nous incite à nous coucher tôt…

Vendredi 17 mai 2013

Grand ciel bleu le matin, un petit orage à midi lorsque nous serons au restaurant puis de nouveau du soleil et du beau temps. Nous passerons toute la matinée à préparer notre maison roulante. Il faut dire que nous n’avions pas rangé tout le bazar ramené de l’appartement en janvier et nous avons ramené 2 sacs bien pleins d’affaires diverses (filtres à air, huile, gasoil et quelques petites pièces pour Ive, quelques livres mais pas beaucoup vu que nous avons désormais nos liseuses, quelques vêtements, …). A midi, nous partageons un repas au restaurant avec Jean-Michel et Ligia puis, avec eux, nous avons faire quelques magasins pour acheter une nouvelle liseuse. Nous savions déjà, après avoir un peu prospecté en France, que nous resterions fidèles à Kobo. La nouvelle Kobo Aura n’est toujours pas disponible en magasin. Tant pis, nous reprenons une Kobo Glo avec éclairage intégré dont nous sommes très satisfaits.

site-2013-05-17-laval021    site-2013-05-17-laval023

Nous reprenons ensuite notre Ive pour aller à Montréal, rue des Ormeaux (où nous habitions cet hiver) afin de faire mettre en marche notre génératrice par le concessionnaire. Quelle circulation ! Nombreuses « congestions » (comme ils disent ici) sur les autoroutes d’accès : nous ne sommes plus habitués ! Petit tour ensuite dans le quartier de Lachine pour faire le plein d’eau (c’est à notre connaissance le seul endroit de Montréal qui dispose d’une station de vidange – voir les coordonnées dans la page pratique Canada). Retour à Laval chez Ligia où nous passons encore une agréable soirée. Le décalage horaire se fait un peu moins sentir mais nous ne nous éternisons pas …

Ouatouais (Québec) et Ottawa (Ontario) : 18 au 23 mai 2013

Samedi 18 mai 2013

Après un copieux petit-déjeuner, nous disons au revoir à Jean-Michel et Ligia. Peut-être nous reverrons-nous en France ou en Equateur (pays d’origine de Ligia) lorsque nous y passerons en mai 2014…

Et c’est de nouveau la route en direction de Gatineau/Ottawa. Grand soleil, ciel bleu, tous les panneaux sont encore en français : tout va bien ! Les Québécois en profitent pour faire des « ventes de garage », l’équivalent de nos vide-grenier. Elles se pratiquent directement devant leur maison ou, parfois, sur la place du village. Avant d’arriver à Montebello, nous nous arrêtons pour découvrir une exposition de magnifiques vieilles voitures (Ford, Pontiac, Plymouth, …) : les moteurs sont nickel-chrome, on se demande même si parfois ils tournent, les peintures sont éclatantes, et les cuirs des sièges, les marqueteries des tableaux de bord sont très soignés. Nous en profitons pour parcourir quelques stands des « ventes de garage » : c’est bien comme chez nous, de tout et de rien !

site-2013-05-18-montebello-voitures028    site-2013-05-18-montebello-voitures030

site-2013-05-18-montebello-voitures026    site-2013-05-18-montebello-voitures032

A Montebello, nous visitons la gare construite en 1931 en cèdre rouge ; elle est maintenant le siège du bureau d’information, d’une boutique de souvenirs et de « chocomotive », un écomusée du chocolat que nous visitons également. Un peu plus loin, le château Montebello est, d’après le guide « le plus grand château en bois rond du monde. C’est en fait un hôtel de 211 chambres. Immense. Dommage que les bois en cèdre rouge (comme la gare) soient recouverts d’un produit noirâtre, certainement pour le protéger.

site-2013-05-18-montebello-chateau035    site-2013-05-18-montebello-chateau033

A quelques kilomètres de là se trouve la ville de Plaisance qui porte bien son nom. Nous allons d’abord aux chutes de Plaisance, sur la rivière Petite Nation. 63 mètres de dénivellation : un village s’y était établi au début des années 1800, le North Nation Mill, avec plusieurs moulins à scie utilisant la force hydraulique. Il a été entièrement détruit en 1930 pour installer un barrage hydro-électrique qui finalement ne vit jamais le jour ! Agréable promenade le long de la rivière en compagnie de quelques moustiques…

site-2013-05-18-plaisance-cascade040    site-2013-05-18-plaisance-cascade047

Au centre de Plaisance, nous allons au «  Centre d’interprétation du Patrimoine » : celui-ci va bientôt fermer, il nous faudra revenir le lendemain mais on nous autorise à rester pour la nuit sur le parking. On nous indique aussi qu’il y a une petite soirée/repas ouverte à tous moyennant « 10 pièces » : spaghettis à la bolognaise, fèves au lard, gâteau, boisson chaude. Les spaghettis ne font pas trop québécois mais « ce n’était pas mauvais » (clin d’œil pour Jean-Michel et Ligia) et cela nous permit d’échanger avec nos voisins de table qui étaient allés en Alaska.

Nuit vraiment très calme sur notre parking. Ça y est, nous avons repris nos « marques » chez Ive ! Les habitudes reviennent vite !

Dimanche 19 mai 2013

Ce matin, à 6 heures, 8,3° dehors et 12,6 dans le véhicule. Nous visitons donc le centre d’interprétation : la vie dans les villages alentour et une petite exposition sur Champlain à l’occasion du 400° anniversaire de sa mort (1613). Nous faisons route ensuite jusqu’à Gatineau. Nous avons retrouvé un pays très campagnard (élevage bovin) et des maisons en bois (mais pas colorées). Les arbres proposent de jolies teintes de feuilles fraichement poussées. Les pommetiers sont en fleur et les lilas éclosent à peine.

Nous visitons le Musée canadien des civilisations : beaucoup, beaucoup de choses ! Nous y passerons plus de 3 heures sans en faire tout le tour d’ailleurs.

site-2013-05-19-gatineau-musee-traineau

Nous passons d’abord par les salles sur les tribus autochtones du Nord-Ouest avec, notamment d’immenses totems, des masques, des chapeaux (en bois), … Nous trouvons que cela manque un peu d’explications en particulier sur l’utilisation des différents objets.

site-2013-05-19-gatineau-musee056    site-2013-05-19-gatineau-musee063

La «  salle des premiers peuples » est intéressante mais les différentes tribus disparaissent un peu au profit de la notion d' »autochtones ». C’est un peu comme si on voulait présenter l’Europe en ne parlant plus que des Européens, sans trop mentionner les particularités de chaque pays. Au troisième étage, c’est la «  salle du Canada« . « Elle nous entraine d’est en ouest, d’un bout à l’autre du pays, pour parcourir 1 000 ans d’histoire canadienne à travers une série de sites reconstitués grandeur nature ». En fait, après l’arrivée des vikings 1 000 ans auparavant sur Terre-Neuve, on passe tout de suite à l’arrivée des Européens… Reconstitutions de bateaux, de maisons, d’ateliers, de rues, … imbriqués les uns dans les autres : c’est vraiment « pas mal fait » !

site-2013-05-19-gatineau-musee064    site-2013-05-19-gatineau-musee069

La pluie s’est mise à tomber : nous n’irons pas au Parc Gatineau aujourd’hui. Bivouac sur le parking d’un Walmart.

Lundi 20 mai 2013

Gris ce matin, soleil et chaleur dans l’après-midi. Après quelques courses à Dollarama et Walmart, nous voyons un panneau expliquant que le stationnement des Véhicules Récréatifs est interdit en dehors des heures d’ouverture du magasin ! Nous avons néanmoins passé une excellente nuit sans être dérangé !

Nous traversons la rivière des Outaouais et nous retrouvons ainsi à Ottawa la capitale fédérale du Canada. Gatineau et Ottawa ne sont séparés que par cette rivière. Dans l’après-midi, nous irons nous promener sur le pont Alexandra et aurons une très belle vue de ces 2 cités.

Aujourd’hui est un jour férié : pour les Canadiens anglophones, c’est la fête de la reine Victoria alors que pour les Québécois, c’est la journée des Patriotes. Avantage pour nous, la circulation est fluide et le stationnement est gratuit (enfin, nous l’espérons…). En cherchant à nous garer, nous dépassons un camping-car français : Il s’agit de Claude et Arlette du Maine-et-Loire. Nous les rencontrons quelques instants plus tard. Ils font partie d’un groupe de 3 camping-cars avec qui nous avons rendez-vous le 5 juillet à Calgary lors d’un grand Stampede (rodéo).

Nous réussissons à avoir les 2 derniers billets pour la visite gratuite en français du Parlement : ce sera à 16 h 40. En attendant, nous parcourons les rues de la ville, allons sur le pont Alexandre, découvrons de l’extérieur les principaux monuments, déambulons dans les sentiers de la colline du Parlement. Nous nous reposons un moment sur les berges du canal Rideau : construit au XIX° siècle, il relie Ottawa à Kingston sur 202 km. Il dispose de 49 écluses dispersées à travers 24 postes d’éclusage. 8 de ces écluses sont présentes en fin de parcours au moment où la rivière Rideau se jette dans la rivière des Outaouais.

La visite du Parlement est guidée par une jeune personne qui parle très vite et avec un accent anglais abominable ! Nous longeons les couloirs, allons dans l’antichambre des députés et voyons ainsi à travers les carreaux la Chambre des Députés, pénétrons dans la Chambre du Sénat et admirons la bibliothèque du Parlement avec en plein milieu une grande statue de la reine Victoria qui choisit la petite ville d’ Ottawa comme capitale du Canada. Depuis, Ottawa a bien grandi !

Photos : Vue générale de Gatineau – Le musée canadien des civilisations de Gatineau

site-2013-05-20-ottawa024    site-2013-05-20-ottawa012

Photos : Vue générale d’Ottawa – Le Parlement côté rivière des Outaouais

site-2013-05-20-ottawa011    site-2013-05-20-ottawa018

Photos : L’araignée géante « la Maman » devant le Musée des Beaux-Arts d’Ottawa – Les dernières écluses du canal Rideau

site-2013-05-20-ottawa003    site-2013-05-20-ottawa020

Photos : Le Parlement – La bibliothèque du Parlement

site-2013-05-20-ottawa032    site-2013-05-20-ottawa035

Retour à Ive : pas de PV ni de sabot, le parking était bien gratuit aujourd’hui (le parcmètre indiquait la gratuité pour le week-end mais ne parlait pas des jours fériés) ! A nouveau, bivouac sur le parking du Walmart d’ Ottawa : cette fois, nous en avons bien fait le tour, pas de panneau interdisant le stationnement nocturne.

Mardi 21 mai 2013

Tiens, c’est l’anniversaire de qui déjà ? Dernier tour en voiture dans Ottawa sous un ciel nuageux. Nous faisons quelques kilomètres sur les promenades du Colonel By et de la reine Elizabeth. Quelques très jolis parterres de tulipes bien que nous soyons en fin de floraison. Nous reprenons le Pont Alexandra et quittons ainsi l’Ontario pour revenir au Québec, région de l’Outaouais. Direction, toujours dans le Québec, de l’Abitibi-Témiscamingue au Nord.

Nous retrouvons le paysage de forêts et d’étendues d’eau. Beaucoup de feuillus avec leurs camaïeux de vert. Par contre, les bouleaux bourgeonnent à peine. 480 km pour rejoindre Malartic : des routes droites, pas toujours en bon état, nous ne traversons que 2 ou 3 villages dans la journée. Journée très grise, de la pluie dans l’après-midi et une bonne partie de la nuit. Nous bivouaquons sur un parking, près du musée minéralogique.
 

Mercredi 22 mai 2013

Nous commençons donc notre journée par la visite du Musée minéralogique de Malartic. Cette région est truffée de mines, principalement d’or et de cuivre. Le Musée propose une exposition sur la géologie et les projets miniers de l’ Abitibi-Témiscamingue ainsi que des minéraux provenant du monde entier. Un simulateur de tremblement de terre permet de ressentir les effets d’un tremblement de magnitude 4 à 6. Une partie de l’ancienne exposition propose de découvrir les différentes origines des roches : ignées (ou volcaniques), sédimentaires ou métamorphiques. Quelques vidéos présentent l’exploitation d’une mine à ciel ouvert et le dynamitage permettant son exploitation ainsi que « la chicane en or » du projet CISCO : la première exploitation en milieu urbain d’une mine à ciel ouvert. Ce projet, qui finalement a vu le jour il y a quelques années, a entrainé la démolition d’un quartier de la ville, reconstruit à l’autre bout, et offre une excavation de 2 km de long sur 800 mètres de large. Nous n’avons appris que le lendemain qu’il était possible, grâce à un belvédère, d’observer d’en haut, cette mine. Le musée nous offre un petit montage photographique.

 site-2013-05-21-malartic02     site-2013-05-21-malartic01

Nous rejoignons ensuite Rouyn-Noranda. A l’entrée de la ville, le Centre d’informations touristiques dispose d’une station de vidange (48° 13.449 – 78° 58.532). Les visiteurs étrangers se voient également offrir 3 jours de stationnement gratuit dans la ville. Là, nous rencontrons Jean-Michel et Éliane (département 66) sur leur camping-car sur base Citroën. Ils finissent la visite des Amériques du Sud au Nord. Ayant des problèmes électroniques sur leur véhicule et faute de trouver un réparateur Citroën, ils doivent écourter la dernière partie de leur voyage. Nous discutons un bon moment avec eux, surtout de leur expérience en Amérique latine : CC fracturé en Argentine avec vol des ordinateurs, vol du véhicule au Chili retrouvé quelques jours plus tard complètement vide, vol de leurs papiers et argent au Pérou mais, en même temps, le souvenir de gens agréables et aimables. Nous ne pouvons malheureusement pas trop nous attarder car nous sommes attendus par Claude et Lorraine.

Claude et Lorraine sont deux Québécois rencontrés sur un camping en Gaspésie avec qui nous avions discuté un peu au moment où ils quittaient ce camping. Echange d’adresses, invitation à leur rendre visite lors de notre passage en Abitibi. Au cours de l’hiver, nous avions échangé quelques mails et, lorsque nous leur avions annoncé notre retour au Canada, ils avaient renouvelé leur invitation. Quel accueil ! Une chambre avait été préparée avec salle de bain attenante. Bien sûr, connexion WiFi. Jean-Jack put goûter la bière noire brassée par Claude et il la trouva excellente, pas du tout amère. Et quel repas agrémenté de plusieurs bouteilles de vin dont un vin rouge canadien d’ Ontario qui était bon. Bref une soirée particulièrement agréable qui se prolongea un peu tard.

 site-2013-05-22-Claude-Lorraine02     site-2013-05-22-Claude-Lorraine01

Jeudi 23 mai 2013

Alors que nous prenions un abondant petit-déjeuner (crêpes salées et sucrées, sirop d’érable, confiture de fraise maison, croissants, …) un appel téléphonique vint informer Lorraine du décès de son papa pendant la nuit. Moments particulièrement difficiles et éprouvants. Nous prenons ben sûr congé d’eux plus rapidement que prévu. En 2016, nous serons en France, nous espérons bien pouvoir les recevoir à ce moment-là.

La météo avait annoncé de la neige et elle ne s’était pas trompée ! Il neigea pendant une heure environ laissant quelques millimètres sur les voitures, les terrasses, … Malgré les seulement 2° de température à midi, la neige ne tint pas mais avec le vent qui s’était levé, il nous fallut ressortir nos manteaux. Notre chauffage dispose d’un dispositif antigel (« frost control ») qui vidange automatiquement le circuit d’eau lorsque la température est trop basse. Ce système fonctionna parfaitement !

 

Dans ces conditions, nous dûmes renoncer aux promenades dans le Parc d’Aiguebelle et nous contenter de la visite du magasin général Dumulon construit en 1924. Ce magasin était également le lieu du premier bureau de poste de la ville (des villes puisque, à l’origine et jusqu’en 1987, Rouyn et Noranda étaient 2 cités distinctes). Ces villes ont connu un essor rapide grâce aux nombreuses mines d’or et de cuivre qui y furent exploitées. Plus aucune actuellement n’est en service mais une usine permet toujours le traitement du minerai de cuivre amené de l’extérieur.

Temps gris, vent, froid, nous décidons de prendre la route. Très rapidement, nous quittons la province du Québec pour rentrer en Ontario. Ça y est, nous quittons définitivement l’espace francophone. Cette fois, c’est sûr, il faudra biens se mettre à parler anglais : ça promet ! Nous nous arrêtons à Témagami sur le parking de … Walmart (décidément, ça devient une habitude !). Nous avons à nouveau rempli le circuit d’eau et mis le chauffage en marche. Pour la première fois, nous allons le laisser marcher toute la nuit au ralenti. A 6 heures du matin, la température extérieure est de 0,4° (intérieur 8°). Le ciel semble se dégager un peu.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *