Manitoba (Canada)

Du mardi 4 au mardi 11 juin 2013

canada-manitoba

canada-manitoba-trajet

Mardi 4 juin 2013

A force d’aller vers l’ouest, nous franchissons enfin la « frontière » entre l’ Ontario et le Manitoba. Nous abordons ainsi la région des Grandes Plaines. Les arbres ont plus de feuilles alors que jusqu’à présent, on en voyait encore beaucoup en bourgeons. Le thermomètre a été plus clément aujourd’hui avec 20 à 25°. A environ 60 kilomètres de Steinbach, nous quittons l’autoroute absolument rectiligne puis nous nous enfonçons dans la forêt provinciale de Sandilands et trouvons un bien agréable bivouac au bord d’un chemin. Dans la soirée, 2 chevreuils passeront à quelques mètres de nous sans que notre présence ne semble beaucoup les gêner.

Mercredi 5 juin 2013

En route donc vers Steinbach pour visiter le «  Mennonite Heritage Village« . Les Mennonites tirent leur nom de Menno Simons ; ils constituent une « sous-secte » des débuts de protestantisme. Venus principalement de Suisse et de Russie, ils se sont installés au Canada et aux Etats-Unis puis après les années 1920, au Mexique et au Paraguay.

D’après Wikipedia : « Le mennonitisme est une confession chrétienne issue de la Réforme protestante fondée au XVIe siècle par Menno Simons. La plupart de ses membres sont rassemblés dans la Conférence mennonite mondiale. Les mennonites refusent • le baptême des enfants (ils sont anabaptistes : ils préfèrent un baptême plus tardif, précédé d’une profession de foi personnelle) ; • l’usage des armes, et donc le service militaire ; • pour une minorité d’entre eux, beaucoup de progrès techniques ; • comme dans tous les protestantismes, le pasteur n’est pas un intermédiaire entre les croyants et Dieu. »

D’après les panneaux d’information présents dans ce village, il y aurait quelques 1 300 000 adeptes de par le monde. En fait, ce village est un écomusée présentant des maisons et des métiers (forgeron, ferblantier, imprimeur,…) de la fin du XIX°, début du XX°. Hormis l’exposition (intéressante avec de nombreux documents photographiques) consacrée aux Mennonites, l’église totalement nue, le programme d’enseignement dans l’école (arithmétique, lecture, écriture, catéchisme, nouveau testament, vieux testament, chants), il n’y a rien d’ostensiblement religieux.

site-2013-06-05-village-menonite005    site-2013-06-05-village-menonite011

site-2013-06-05-village-menonite026    site-2013-06-05-village-menonite020

Route ensuite jusqu’à Winnipeg, capitale du Manitoba avec ses 760 000 habitants où nous retrouvons un parking de Walmart. Nous commençons le long de la route, à voir les grands champs caractéristiques des provinces des grandes plaines. Certains fraichement labourés mais où rien ne pousse pour l’instant, d’autres commençant à être verts. Ces provinces produisent 5% des récoltes mondiales de blé et d’orge. Bien que le bison semble être l’emblème du Manitoba, il y a bien longtemps qu’il a été remplacé par les troupeaux de vaches. Sur la route, quelques kilomètres avant Winnipeg, un panneau nous indique que nous venons de traverser le «  centre longitudinal du Canada« . Nous sommes à environ 2 400 kilomètres de Montréal et de Vancouver.

En route, nous avons « croisé » un train : très long, il avait près de 150 wagons !

 train01

Jeudi 6 juin 2013

Nous nous arrêtons au  » Legislative building « , immense bâtiment en calcaire construit en 1920. Les visites guidées sont réservées aux mois de juillet et d’août mais on peut néanmoins pénétrer à l’intérieur et en visiter une petite partie. L’escalier monumental dans le hall d’entrée est encadré par 2 bisons en bronze, emblème du Manitoba.

 site-2013-06-06-winnipeg002     site-2013-06-06-winnipeg001

Dans le jardin avoisinant le Parlement, des ours originaux mettent un peu de couleur dans la pelouse verte.

 site-2013-06-06-winnipeg004     site-2013-06-06-winnipeg005

Nous allons visiter ensuite un des 3  » quartiers français  » de Winnipeg , le quartier Saint-Boniface . La cathédrale Saint-Boniface d’abord, la 6° construite sur le même emplacement. L’avant-dernière fut détruite par un incendie en 1968. Il n’en reste que la façade en pierres blanches.

A côté, dans l’ancien couvent St-Boniface (le plus vieux bâtiment winnipegois construit en chêne blanc), se trouve un musée dont une grande partie est consacrée à l’ histoire des Métis et de Louis Riel . Les Métis , nés des unions entre les chasseurs de fourrures et les indiennes qui peuplaient ces régions, sont en nombre important au Manitoba. Dès le début, ils ont occupé une place de choix dans la société, servant de trait d’union entre les européens et les tribus indiennes, le plus souvent au service des compagnies de traite des fourrures ( Compagnie de la baie d’Hudson ou Compagnie du Nord-Ouest ), organisant le commerce et le transport des marchandises, … Lorsque l’empire britannique qui venait de constituer un premier regroupement de provinces canadiennes en 1867 voulut s’emparer de cette région, les Métis, avec Louis Riel à leur tête, s’y opposèrent. Ils obtinrent certaines garanties, notamment quant aux terres qu’ils occupaient. Lorsque, quelques années plus tard, les métis de la province voisine du Saskatchewan connurent les mêmes problèmes, ils demandèrent à Louis Riel de diriger leur révolte. Mais ils furent cette fois vaincus par les forces britanniques. Riel fut capturé, condamné à mort et exécuté.

 site-2013-06-06-winnipeg016     site-2013-06-06-winnipeg013

Ce quartier n’est toutefois pas très typé français : pas de petits resto, de bars ou de petits magasins, pas de place animée, …

Nous allons ensuite dans le quartier de la Fourche ( The Forks ), au confluent des rivières Rouge et Assiniboine en passant devant le récent et magnifique bâtiment des droits de l’homme (photo de gauche). The Forks est un quartier dédié aux commerces et aux enfants et dispose d’un marché couvert avec quelques commerces alimentaires (primeur, boulanger, des boutiques modes ou pour touristes, des restaurants) (photo de droite).

 site-2013-06-06-winnipeg018     site-2013-06-06-winnipeg019

Nous mettons beaucoup de temps à trouver un bureau de poste : il faut dire que dans ces grandes villes, la Poste n’affiche pas trop son enseigne et se trouve souvent perdue au fond d’un grand magasin. L’affranchissement courant est plus cher qu’en France.

Forte chaleur aujourd’hui : 28 à 30° Nous changeons de bivouac ce soir, nous choisissons un autre Walmart plus proche du centre-ville ; nous avons le choix car il y a 5 magasins de cette enseigne dans Winnipeg !

Incidemment, nous apprenons qu’il faut changer d’heure : 1 heure en moins ce qui nous fait maintenant 7 heures d’écart avec la France. Les connexions avec Skype vont être de plus en plus difficiles.

Vendredi 7 juin 2013

Ce matin, nous visitons le Manitoba Museum . Chantal en ressort relativement déçue. Toujours la même façon de présenter les choses. D’abord les dinosaures puis les Amérindiens et enfin les conditions de vie des Européens immigrés. Pas de présentation originale, des textes longs à lire et, cerise sur le gâteau, beaucoup de classes visitent le musée en même temps que nous, souvent des jeunes enfants bruyants. Intéressant tout de même la reconstitution d’un vieux voilier avec ses dizaines de cordages et la vue d’une plante des prairies qui, telle un iceberg, plonge dans le sol des racines presque 10 fois plus grandes que la partie visible de la plante. Nous avons noté l’importance des troupeaux de bisons avant l’arrivée des Européens : il y avait alors de 50 à 60 millions de bisons au Manitoba ; ils ont été chassés pour leur peau et leur viande (dont les métis faisaient, en particulier, du pemmican ) et, en moins de 2 siècles, il ne restait plus aucun bison vivant dans cette région ! Le dernier a été aperçu à la fin du XIX° siècle (il y a maintenant des élevages) ! Ceci n’a pas été sans conséquences néfastes sur les populations autochtones qui tiraient de ces animaux une grande part de leur subsistance.

 site-2013-06-07-winnipeg020     site-2013-06-07-winnipeg026

 site-2013-06-06-winnipeg004 site-2013-06-06-winnipeg032     site-2013-06-07-winnipeg038

Nous parcourons ensuite à pied le « vieux » quartier de Winnipeg avec quelques jolis « vieux » immeubles qui se marient bien avec les immeubles modernes juste derrière. Nous allons ainsi jusqu’au WAG ( Winnipeg Art Galley ) car nous voulons y voir la collection d’art inuit contemporain mais un prix d’entrée à 25$ (20 pour les seniors) nous en dissuade.

 site-2013-06-07-winnipeg045     site-2013-06-07-winnipeg041

Retour au même Walmart car nous y avons rendez-vous avec Yveline et Marcel qui auraient dû partir l’an dernier en même temps que nous mais avaient dû reporter leur départ pour raison de santé. Nous avons beaucoup de plaisir à nous retrouver ici et passons une très agréable soirée autour de la table de leur « Nissan cabstar » à échanger des infos et à prendre un apéritif et un repas partagés. Nos itinéraires sont un peu similaires ( Alaska , Etats-Unis , Mexique ) mais pas tout à fait aux mêmes dates ; nous savons que nous les retrouverons au moins à Calgary le 5 juillet. Leur site de voyage http://cabstar-oule.blog4ever.com/ et celui sur l’aménagement de leur « Nissan Cabtar » : http://marcellino.blog4ever.com/ .

 site-2013-06-07-winnipeg048     site-2013-06-07-winnipeg049

Samedi 8 juin 2013

Nous disons « à bientôt » à Yveline et Marcel et prenons la direction du marché de Saint-Norbert , un des 3 quartiers français de Winnipeg . Quelle déception ! Nous comptions y trouver beaucoup de fruits, de légumes et bien d’autres choses. En fait, à part 2 marchands de salades et d’asperges, nous ne trouverons que des artisans ou marchands d’objets divers, des marchands de pain, de gâteaux, de la restauration rapide, …

 site-2013-06-08-winnipeg053     site-2013-06-08-winnipeg054

Deuxième visite de la journée : le fort Gibraltar dans le quartier Saint-Boniface . Yveline et Marcel nous en avaient parlé avec beaucoup d’enthousiasme. L’enceinte est bien ouverte, nous pouvons en faire le tour de l’intérieur mais à part une grande salle où le couvert est mis semble-t-il pour un mariage, tout est fermé ! C’est vrai que les sites historiques louent leurs salles pour de telles cérémonies. Peut-être que le samedi est fermé aux visiteurs mais nous ne l’avons vu écrit nulle part…

 site-2013-06-08-winnipeg055     site-2013-06-08-winnipeg057

Troisième visite, le Seven Oaks House Museum : ouf, c’est ouvert ! En plus la visite est guidée et gratuite. Cette maison est la plus vieille maison encore habitable de Winnipeg ; elle a été construite en 1851-53 par un émigrant des Orcades ( Ecosse ). Elle est entièrement meublée avec y compris quelques meubles d’origine.

 site-2013-06-08-winnipeg060     site-2013-06-08-winnipeg059

Quatrième visite : le Lower Fort Garry, près du village de Selkirk, à une trentaine de kilomètres au Nord de Winnipeg. Là aussi, c’est fermé le samedi (sauf en été). Même sur le « pamphlet » de ce fort, ce n’était pas écrit !

Ça suffit pour aujourd’hui ! Direction Warren et son camping. Nous traversons une région complètement plate (c’est pire que le « plat pays » de Brel), avec de grands champs cultivés, de grands et nombreux silos à céréales, une route rectiligne. Le camping nous accueille avec sa piscine bruyante, sa musique, beaucoup de monde. Nous y restons néanmoins et y passons finalement une nuit très calme t très silencieuse.

Dimanche 9 juin 2013

Nous ne nous attardons pas au camping. Après 2 lessives et un peu de bricolage, nous partons pour Austin afin de visiter le Manitoba Agricultural Museum . Pour rejoindre la HWY 1 (la Transcanadienne ), notre GPS nous fait passer par des pistes et des petites routes qui desservent des fermes. Bien agréable somme toute. Nous voyons de nombreux carouges à épaulettes , petit oiseau charmant aux « épaules » rouges que nous avions déjà rencontré l’an dernier. Toujours des champs à perte de vue et l’expression se justifie vraiment ! Les routes goudronnées semblent l’être par plaques avec un espace entre elles (joints de dilatation, action du climat ?) ce qui rend la conduite bien bruyante, on dirait le bruit des wagons.

Matinée très grise, un peu d’eau. En arrivant au Musée, on attrape une bonne ondée. Nous décidons donc de remettre la visite à demain matin et allons dans le village d’ Austin pour passer la nuit. Nous sous installons près de la voie ferrée et voyons passer quelques convois tirés par 2 locomotives de la  » Canadian Pacific  » : nous comptons 100 wagons à l’un, 126 à l’autre. Pendant la nuit, seuls 3 convois passeront. Heureusement car c’est très bruyant d’autant plus qu’ils actionnent plusieurs fois la sirène. Bien qu’un peu éloignés de la voie ferrée, Ive tremble à chaque passage !

 train02

Lundi 10 juin 2013

Soleil et nuage ce matin mais pas de pluie. Donc, en avant pour la visite du Manitoba Agricultural Museum. Quelques centaines de machines agricoles sont exposées, principalement des tracteurs. Nous sommes surtout surpris par les tracteurs du début du XX° siècle, des tracteurs à vapeur qui font immanquablement penser à des locomotives. Pas de pneus ou de chambres à air mais des roues métalliques, énormes. L’utilisation de tels engins dans les campagnes devait surprendre !

site-2013-06-10musee-agriculture006    site-2013-06-10musee-agriculture008

site-2013-06-10musee-agriculture015    site-2013-06-10musee-agriculture019

Plusieurs maisons du début du siècle dernier sont également rassemblées ici : écoles, église, temple, manoir, ateliers, magasins, …

site-2013-06-10musee-agriculture023    site-2013-06-10musee-agriculture026

On peut visiter aussi un immense silo utilisé dans la première moitié du XX° siècle ce qui permet d’en mieux comprendre le fonctionnement. Les premiers silos avaient cette forme mais étaient bien sûr construits en bois avec tous les risques liés à l’incendie.

site-2013-06-10musee-agriculture036    site-2013-06-10musee-agriculture035

Un grand château d’eau en bois se trouve à côté du silo. Etonnant aussi, le Musée des radioamateurs du Canada présente de très nombreux postes radio ainsi que de nombreux autres objets utilisés par ces amateurs.

site-2013-06-10musee-agriculture042    site-2013-06-10musee-agriculture058

Un grand bâtiment est également destiné aux moyens de transport au Manitoba, de la première charrette utilisée par les métis de Rivière Rouge aux véhicules automobiles comme la fameuse Ford T en passant par les traineaux à neige des années 1940.

site-2013-06-10musee-agriculture063    site-2013-06-10musee-agriculture065

Nous avons simplement regretté qu’il n’y ait pas plus de panneaux indiquant les années de fabrication ou d’utilisation des différentes machines ainsi que, pour certaines, à quoi elles étaient destinées.

Destination suivante, la ville de Brandon qui avec près de 50 000 habitants est la deuxième ville du Manitoba. Nous allons tout d’abord au point info du Riverbank Discovery Centre : outre des explications en Français, nous y trouvons une «  dump station » (49° 51.659 – 99° 57.367). C’est à partir de là que se trouvent les sentiers de randonnée autour de 2 étangs ainsi que le long de la rivière Assiniboine. Des inondations récentes limitent les possibilités de promenade (à l’origine, il y a 17 km de sentiers le long de la rivière). Nous suivons le manège de nombreux oiseaux en train de construite leurs nids sous un pont et retrouvons notre petite carouge à épaulettes.

site-2013-06-10-brandon074    site-2013-06-10-brandon070

En suivant les indications de l’hôtesse d’accueil, nous trouvons sans difficulté un garage pour faire vidanger notre Ive. Nous rejoignons ensuite le Walmart et son parking… Plusieurs personnes nous avaient avertis que la météo annonçait du mauvais temps avec une tornade prévue quelque part entre le Manitoba et le Saskatchewan voisin. Effectivement, mardi matin sur Internet, nous eûmes confirmation de cette petite tornade et l’alerte météo avait été levée depuis… Nous n’eûmes finalement, pour notre part, qu’un fort orage assez bref avant que le soleil ne revienne. Demain justement, nous pénètrerons dans cette nouvelle province : le Saskatchewan.

Mardi 11 juin 2013

Nous voici à nouveau sur la Transcanadienne mais le revêtement est en meilleur état qu’hier. Nous franchissons le degré 100 de longitude ouest ainsi que la « frontière » entre le Manitoba et le Saskatchewan. Les plaques d’immatriculation changent ainsi que les devises sur celles-ci : Québec : Je me souviens Manitoba : Friendly Ontario : Yours to discover Saskatchewan : Land of living skies

Toujours de grands champs, quelques petits troupeaux par ci, par là et, dominant tout le paysage, des silos !

site-silo-087    site-2013-06-09-austin078

Nous arrivons à Regina, la capitale du Saskatchewan. Beau temps dans la journée avec des températures proches de 20°. Direction, le parking d’un Walmart pour la nuit.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *