Argentine (2)

Du vendredi 12 au mercredi 17 décembre 2014

 

argentine

 

Vendredi 12 décembre 2014

Nous en sommes à notre troisième passage entre ces 2 pays, le Chili et l’Argentine et ce n’est pas fini ! Aujourd’hui donc, c’est dans le sens Chili-Argentine pour rejoindre la région des lacs côté Argentine puis San Carlos de Bariloche. Passage en douane très rapide et cordial. D’un côté du col du Paso Cardenal Samore les autorités chiliennes pour la sortie du territoire et, de l’autre côté du col, 35 kilomètres plus loin les Argentins qui ne posent aucune question sur la nourriture que nous avons et ne procèdent pas à la « fouille » du véhicule.

Nous traversons avant d’arriver au col (1 300 mètres) une zone avec des forêts aux arbres morts, des dépôts grisâtres au sol. Ce sont certainement les conséquences de l’éruption du volcan Cordon Caulle de 2011.

Nous croisons 2 jeunes cyclistes français de la région grenobloise qui n’en sont qu’à leur 3° jour de voyage. Quelques courses à Villa de Los Angostura puis nous prenons la route des 7 lacs, la route nationale 234 (qui apparemment s’appelle aussi la route 40). Avec cette route 40, nous reprenons la numérotation kilométrique pour en arriver au bout, en Patagonie du sud. Il y a un mois, nous avions plus de 4 000 kilomètres à faire. Aujourd’hui, le panneau indique 2 124 !

Cette route est en grande partie asphaltée, nous n’aurons que 12 kilomètres de piste à faire avec des travaux en cours. Paysages vraiment magnifiques : belles forêts, lacs aux eaux vertes, rivières aux eaux limpides. Tout autour, des sommets encore un peu enneigés et, le long de la route, beaucoup de fleurs : des genêts et des lupins (nous n’en avions plus vu depuis les provinces atlantiques du Canada !) Avant cette route, nous avions un festival de marguerites et de boutons d’or.

site-2014-12-12-route7lacs-argentine009    site-2014-12-12-route7lacs-argentine013

Il y a plusieurs lieux prévus pour s’arrêter, admirer, photographier ainsi que des endroits pour pique-niquer ou camper. C’est ce que nous faisons devant le lac Villarino. Il y a quelques voitures lorsque nous arrivons mais très rapidement, nous nous retrouvons seuls en compagnie de quelques volatiles qui ressemblent fort à des oies. Vers 7 heures du matin (seulement 2,7° et 7,7), nous découvrirons une dizaine de vaches autour de Ive. Elles n’avaient pas troublé la quiétude de la nuit.

site-2014-12-12-route7lacs-argentine016bis

Samedi 13 décembre 2014

Hier, le GPS nous montrait une carte uniquement en vert et bleu : forêts et lacs…

site-2014-12-13-route7lacs-argentine023bis

Nous continuons jusqu’à San Martin de Los Andes. Ville agréable bien que sans grand intérêt touristique (à part son lac peut-être), très arborée et très fleurie (en particulier des rosiers), maisons cossues dans les quartiers près du lac. Nous allons jusqu’au lac Lolog : 10 kilomètres de piste pas tip-top et nous nous installons juste au bord du lac, entre la plage et la piste. Il y a quelques personnes qui font trempette mais l’eau est bien fraîche ! Ce matin, il n’y avait que 2,7° et cet après-midi, le thermomètre grimpe à 34. Waouh !

Tranquille jusqu’en milieu d’après-midi où de plus en plus de voitures arrivent, soulevant chaque fois un grand nuage de poussière dont nous profitons amplement. De plus en plus de monde sur la plage et, bien sûr, l’inévitable musique argentine. Nous décidons de retourner à San Martin de Los Andes pour essayer de trouver un endroit plus calme pour passer la nuit.

En arrivant à la ville, nous voyons une tortue Toyota suisse ; chouette, c’est Carole et Franck, un couple de francophones ! Nous nous installons pour la soirée sur un petit parking herbeux au bord d’un rio et nous passons la soirée à discuter. Encore une rencontre très agréable. Carole et Franck sont des voyageurs « confirmés » : 8 ans qu’ils « tournent » en Amérique du Sud

Dimanche 14 décembre 2014

Nuit moins bien fraîche (15° ce matin à l’extérieur, quel changement d’un jour sur l’autre ! ). Nous reprenons en sens inverse la route des 7 lacs malgré une douzaine de kilomètres de pistes pour aller jusqu’à San Carlos de Bariloche. Nous admirons encore les millions de lupins fleuris et les genêts jaunes. Plus loin, ce sont des églantiers en fleurs. L’eau des lacs a des couleurs incroyables, parfois bleu clair ou foncé, parfois vert. L’eau des rios est d’une limpidité fantastique.

site-2014-12-14-route7lacs-argentine001bis

A Bariloche, nous avons une adresse Iveco (non, 3 fois rien, juste la porte latérale qu’il faut régler car elle ne plaque plus bien et il faut faire changer les filtres) mais à cette adresse, nous trouvons un garage Volkswagen ! Nous vérifierons demain…

Bariloche n’a pas très bonne réputation (à tort ou à raison ?). Nous ne voyons pas de lieu à notre convenance pour bivouaquer et nous allons donc nous installer au camping Petunia, à 15 kilomètres de la ville, en bordure du lac Nahuel Huapi. Nous y retrouvons avec plaisir les 2 Xénia que nous avions rencontrées à Cusco et à La Paz.

Lundi 15 décembre 2014

Nous disons à bientôt (peut-être) à Xénia et à Xénia : elles vont également dans le sud mais sans passer par la Carretera Austral chilienne.

A l’ancienne adresse Iveco qui est maintenant un pont de vente Volkswagen (et qui garde néanmoins en grandes lettres sur sa façade « IVECO« ), une secrétaire donne à Jean-Jack les coordonnées du plus proche garage Iveco, à Trelew, à presque 900 kilomètres de là sur la côte Atlantique ! Nous décidons d’aller voir à une autre adresse que nous avions trouvée sur internet. En avançant un peu dans cette rue quelque peu défoncée, nous trouvons effectivement un atelier avec, là aussi, de grandes lettres au-dessus du portail, IVECO. Le patron vient regarder notre porte qui ferme mal et nous dit qu’il faut changer une pièce, le support supérieur de la porte qui coulisse dans un rail. Il regardera dans le catalogue si elle existe et se renseignera s’il peut la faire venir. Rendez-vous pour ce soir 17 heures.

Nous en profitons pour faire quelques courses à Carrefour et visiter un peu le centre ville. Bariloche se donne un air de ville suisse avec ses bâtiments en pierre et en bois (pas terrible à notre goût), ses saint-bernard avec un petit tonneau autour du cou (c’est juste pour la photo avec les touristes) et ses multiples chocolatiers (mais à environ 50-55 euros le kilo de chocolat, nous n’hésitons surtout pas à ne pas en acheter…Ville très touristique, commerçante, bof ….

site-2014-12-15-bariloche001    site-2014-12-15-bariloche002

A 17 heures, retour au garage qui est fermé ! Au bout d’un moment, un employé vient qui regarde aussi mais en vain notre porte et nous croyons comprendre que le patron est ailleurs (on s’en doutait) et qu’il faut revenir demain matin à 9 heures. Nous retournons en ville pour y trouver un stationnement pour la nuit. Nous nous installons sur un parking en bordure du lac mais il y a un vent très fort et, plus tard, nous irons en ville, dans une rue abritée du vent et plus calme.

Comme Jean-Jack ne croit pas trop à cette histoire de changement de pièce pour la porte, il regarde à nouveau les différents points d’ancrage, il essaie de monter ou descendre la porte mais ça ne fait rien. Il n’y a qu’un seul endroit qu’il n’avait pas encore essayé et, finalement, c’est le bon. Il suffisait de desserrer une petite tige, de la faire descendre un peu et notre porte plaque à nouveau correctement.

Mardi 16 décembre 2014

De Bariloche à El Bolson, les bords de route sont fantastiquement fleuris : parfois, que des genêts, parfois des genêts et des lupins, tous en pleine floraison. A l’arrière, de magnifiques grands arbres et des sommets de montagnes enneigés, le tout couronné d’un beau ciel bleu avec quelques cumulus blancs. Après El Bolson, la végétation change : d’abord des arbustes et, ensuite, pratiquement que de l’herbe. Le vent se lève : ainsi commence la Patagonie telle que nous l’imaginons. Manquent encore les moutons.

Nous nous arrêtons au musée de Leveque (80 kilomètres au Sud d’El Bolson) : petit truc sur l’histoire de la Patagonie et des indiens Tehueches. Très belle présentation dans une hacienda propriété des frères Benetton…

Arrêt à Esquel, bivouac sur le parking de la gare routière. Hier soir, nous avons compté combien de fois nous devons encore traverser la frontière Argentine-Chili (ou Chili-Argentine) si nous allons jusqu’à Ushuaïa : 6 fois ! Impressionnant, non ? Avec les 3 fois déjà exécutées, ça fera 9 ! Donc, demain, 4° traversée Argentine-Chili. Nous avons en effet décidé d’abandonner la Ruta 40 (le dernier panneau indiquait 1960 km) pour rejoindre le Chili et la Ruta 7 appelée aussi « Carretera Austral« . Beaucoup de pistes en perspective mais, parait-il des paysages extraordinaires alors que la route 40 (côté Argentine donc), ne présente pas trop d’intérêt jusqu’à Perito Moreno.

site-2014-12-14-route7lacs-argentine006bis

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *