Chili (3)

Du mercredi 17 au vendredi 26 décembre 2014

 

Mercredi 17 décembre 2014

En route donc pour le Chili. Le passage des 2 frontières est assez rapide d’autant plus qu’il y a très peu de monde. Comme d’habitude, côté Chili, fouille du véhicule mais sans excès. Nous devons manger la banane que nous avions laissée en évidence mais également le fromage pourtant pasteurisé qui restait au frigo (il aurait fallu ne pas ouvrir le paquet pour le passer sans problème).

On savait qu’on aurait de la piste aujourd’hui, et bien, on a eu : 110 kilomètres sur les 150 de notre parcours ! Pas souvent bonne sauf quand elle vient juste d’être nivelée, beaucoup de tôle ondulée, et surtout, très, très poussiéreuse. Grandes montagnes souvent avec des névés, belles forêts, beaucoup d’herbe verte avec des vaches ou des moutons, eau des rivières et lacs avec des couleurs fabuleuses (bleu, vert) et d’une limpidité remarquable. Mais aucun endroit pour stationner devant toutes ces belles choses, encore moins pour y passer la nuit. Seulement, de temps en temps, des petits espaces en bordure de piste mais avec la poussière soulevée par les voitures et le vent, nous renonçons à y stationner.

site-2014-12-17-route-argentine-chili010    site-2014-12-17-route-argentine-chili013

Finalement, nous arrivons à Villa Santa Lucia : c’est là que nous rejoignons la Nationale 7 chilienne, la fameuse Carretera Austral. Nous espérons simplement que les paysages continueront à y être beaux afin de nous faire oublier (un peu) la poussière. Nous nous installons dans une rue de ce village et faisons un premier dépoussiérage de l’intérieur et de l’extérieur de Ive.

site-2014-12-17-route-argentine-chili020

Jeudi 18 décembre 2014

De Villa Santa Lucia à La Junta, 40 kilomètres d’asphalte (ahhh !) puis 40 de piste (ohhh !) pas trop mauvaise. Journée nuageuse avec quelques gouttes de pluie le matin (super : ça mouille la poussière …) et de la pluie l’après-midi et la nuit suivante. Nous découvrons une petite fuite autour du lanterneau des WC.

Toujours des forêts et des cours d’eau avec de belles couleurs mais malheureusement, le paysage est un peu bouché par les nuages très bas.

Nous faisons halte à La Junta car nous savons par le forum du « lienamsud » (confirmé par les pancartes sur les bords de la route) que, au-delà de cette ville, la route est bloquée tous les jours de 13 heures à 17 heures. De plus, autour de la place, nous avons une connexion internet.

Vendredi 19 décembre 2014

Nous reprenons la route ce matin. Après 3 kilomètres d’asphalte puis 4 de piste, la route est bloquée. Un gendarme nous baragouine que c’est fermé pour toute la journée et que, peut-être, ce sera ouvert à la circulation demain après-midi mais que ce n’est vraiment pas sûr ! Nous qui pensions que ce n’était fermé que les après-midi, on n’y comprend rien. Il ne nous reste plus qu’à retourner à La Junta sur notre place.

Le bureau touristique puis 2 voyageurs états-uniens, bloqués comme nous, nous apprennent que, en raison des pluies, il y a eu un éboulement sur la route un peu plus loin et que les travaux de déblaiement seront peut-être terminés demain mais pourraient éventuellement durer 5 jours ! D’après les Américains, un cours d’eau en crue empêcherait également de repartir par le Nord. Bref, ce n’est pas simple la Carretera austral !

Dans l’après-midi, périodes d’ensoleillement et ondées se succèdent. Seulement 10° dans la journée. Heureusement que nous avons notre petit groupe électrogène car sans rouler et sans trop de soleil, les batteries auxiliaires ne se chargent pas trop.

Samedi 20 décembre 2014

Toute la journée, alternance de pluie et de moments très ensoleillés. Ce matin, nous allons à l’office de tourisme où on nous annonce que la route sera certainement dégagée lundi matin. Nous décidons d’attendre ici, pas top envie de refaire les 150 kilomètres de piste qui nous ramèneraient en Argentine. En fin de matinée, nous allons directement à l’endroit où la route est bloquée, à 7 kilomètres de La Junta. Là, on nous dit que la route pourrait être ouverte dans la soirée ou demain matin.

Nous nous installons de nouveau sur notre place (original le sapin de Noël fait avec des bouteilles plastiques) où les « carabinieros » viennent nous redire que l’ouverture de la route serait probablement pour demain matin. Nous commençons à connaître presque toutes les épiceries du village et elles sont nombreuses ! Dans l’après-midi, nous allons nous installer au camping « Vientos del Sur » qui se trouve juste 2 « cuadras » plus loin. Electricité et douche chaude… Ça fait frisquet quand on sort de dessous le jet d’eau. Plus tard, les « carabinieros » nous confirment que la route sera bien ouverte demain matin. En fait, en raison des pluies, il y a eu des éboulement sur la chaussée dont un qui a entraîné 2 gros rochers. L’armée a dû les faire sauter. On verra ça demain matin…

site-2014-12-19-la-junta003

Dimanche 21 décembre 2014

Et oui, la piste est bien ouverte ! Quelques kilomètres de goudron puis de la piste assez bonne quoique parfois un peu boueuse (mais au moins nous n’avons pas de poussière), parfois très caillouteuse. C’est plutôt étroit à certains moments avec juste la place pour un véhicule, des gros rochers au bord de la piste, de la terre repoussée par les engins, de petits éboulements par-ci, par-là, des travaux, … Mais ça, c’est sur des kilomètres et nous n’avons pas remarqué à quel endroit la voie avait été bloquée.

Nous arrivons à Puyuhuapi, petit village un peu identique à La Junta (avec, de même, le WiFi sur la place du village) mais au bord d’un fjord. (le canal Huyuhuapi). Nous nous installons au bord de l’eau et faisons le tour du village et des épiceries…

site-2014-12-21-puyuhuapi005bis

Aujourd’hui, c’est l’équinoxe d’été mais il fait plutôt frais (une vingtaine de degrés dans la journée). Beaucoup de nuages mais pas de pluie. Pas de soleil non plus !

Lundi 22 décembre 2014

Coup du sort : un prolongateur de valve d’un pneu arrière est cassé, certainement par une pierre d’une piste. Roue à plat et nous ne nous en sommes rendus compte que lorsque nous avons voulu contrôler la pression des pneus. Comme on a roulé sur de la piste avec parfois beaucoup de cailloux, le pauvre pneu est complètement HS. Donc, ce matin, petite séance de changement de roue ! Les boulons de fixation de la roue de secours étaient complètement coincés : il faut dire que nous ne nous en étions pas servis depuis juin 2010 (crevaison en Mongolie) !

Piste ensuite jusqu’à Puerto Cisnes, petite ville côtière. Quelques très rares cabanes puis, après, on roule en pleine nature. Beau, beau paysage : montagnes avec parfois de la neige au sommet, cascades, cours d’eau vert clair, bords de fjord. Non, c’est vrai qu’il y a aussi, à 2 reprises, quelques travaux pour l’élargissement de la piste : impressionnant ! Mais ça passe facilement. On comprend pourquoi la route est interdite à la circulation tous les jours de 13 heures à 17 heures. Et ce n’est pas prêt de finir ! A part aux endroits des travaux où la route est boueuse et parfois un peu défoncée, la piste (70 kilomètres) est relativement bonne.

Nous nous arrêtons au Parc National Queulat pour voir le Ventisquero (glacier) Colgante mais la vue est tellement bouchée par les nuages, que nous préférons faire demi-tour : payer 4 000 pesos par personne pour pénétrer dans le Parc et ne pas voir le glacier qui est dans les nuages ne nous tente pas.

En arrivant au croisement de Puerto Cisnes, nous retrouvons l’asphalte si ce n’est que de ce croisement à Puerto Cisnes, il y a encore 16 kilomètres de piste sur les 32 du parcours. Ce petit port de pêche aux maisons en bois est tranquille, agréable. Sur la place où nous nous installons, le père noël est prêt à partir avec son traîneau. Pour l’instant, il nous offre une connexion WiFi.

site-2014-12-22-puerto-cisnes011

Temps couvert toute la journée et donc, température bien fraîche (dans les 15°). Il pleuvra une bonne partie de la nuit et ça continuera presque toute la matinée.

Mardi 23 décembre 2014

Retour au croisement de Puerto Cisnes. A partir de là, nous ne trouverons plus que du goudron pour aller jusqu’à Puerto Aysen puis Puerto Chacabuco. Encore et toujours un magnifique paysage avec une route qui longe le plus souvent un rio aux eaux abondantes. La vallée où passe la route s’agrandit un peu. Les fleurs mettent des taches de couleur dans toute la verdure environnante : digitales, beaucoup de lupins, genêts, églantiers en fleur, encore des fuschias arbustifs. Cascades, névés, … un régal pour les yeux.

En début d’après-midi, le soleil fait son apparition et il fera très chaud ensuite. Après quelques courses au Supermarché Unimarc de Puerto Aysen, nous allons bivouaquer à Puerto Chacabuco. Ce petit port de pêche assure la liaison par ferry avec Puerto Montt et l’île de Chiloe.

Mercredi 24 décembre 2014

Un peu moins fleuri au bord de la route qui longe presque toujours un rio mais de grands champs de lupins. Magnifique ! De la pluie cette nuit et un peu ce matin. Comme hier, le soleil attendra l’après-midi pour se montrer. Nous allons jusqu’à Coyhaique par une bonne route asphaltée.

A l’Office de Tourisme, sur la Plaza de Armas, on nous indique où se trouve le bureau Sotramin pour acheter notre billet du ferry qui nous conduira à Chile Chico. Pas de place sur le ferry du 26 décembre mais il y en a pour le 25. Ça nous convient. Du coup, nous prenons notre repas de Noël au restaurant aujourd’hui. Nous choisissons « Mamma Gaucha« , près de la Plaza de Armas et nous apprécions ses bons petits plats.

Comme c’est la veille de Noël, nous nous offrons même le luxe d’une nuit en camping et de douches chaudes au camping Alborada. L’endroit est agréable, très verdoyant. Dommage qu’il n’y ait pas le WiFi !

Réveillon de Noël bien tranquille !

Jeudi 25 décembre 2014

Joyeux Noël Patagonien !

Après Coyhaique, beaucoup de prés très verts. Plus loin, la nature montre moins d’empreintes humaines. Le lointain du paysage est toujours magnifique. Beaucoup, beaucoup de vent ! Temps plutôt nuageux et très venteux qui évoque une météo d’automne mais avec un paysage printanier. Nous arrivons à Puerto Ingeniero Ibañez. Nous attendrons le ferry (départ à 20 heures) en profitant de la connexion WiFi sur la place du village.

Traversée de 2 heures 10 tranquille malgré le vent qui souffle encore très fort et qui, à certains endroits, soulève des colonnes d’eau comme une mini-tornade. Nous débarquons à Chile Chico, toujours en territoire chilien mais la frontière avec l’Argentine n’est qu’à quelques kilomètres de là. Demain matin, à Los Antigos, nous avons rendez-vous avec Armelle et Christian, du CCRSM également (Camping-Cars sur les Routes de la Soie et du Monde). Pour l’instant, nous nous installons près de la place principale avec, à nouveau, une connexion WiFi.

site-2014-12-25-puerto-ibanez009

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *