Tunisie

Du dimanche 16 au dimanche 23 octobre 2005
 
 
Elisabeth, Georges, Jany, Christian, Chantal et Jean-Jack
sont allés en Tunisie à l’hôtel Miramar (Skanes) de Monastir.
« Remise en forme » en Thalassothérapie pour Elisabeth, Jany et Chantal.
Voici le récit de leur voyage jour par jour (en noir, récit de Jean-Jack, en bleu de Jany):
 

Dimanche 16 octobre 2005

           Vers 18 h 30, nous (Elisabeth, Georges, Chantal et Jean-Jack) partons des Meyniers direction l’aéroport de Marignane où Jany et Christian nous rejoignent. Nous récupérons nos billets, enregistrons nos bagages, mangeons un sandwich et attendons. L’avion, un Boeing 737 aura finalement une demi-heure de retard. Décollage vers 11 h 45 et arrivée à Tunis aux environs de minuit (décalage horaire d’une heure). Un bus nous attend et, 2 heures plus tard nous dépose aux portes de l’hôtel Miramar à environ 160 km de la capitale. De nuit, nous découvrons l’important bâtiment aux 240 chambres, le grand hall d’accueil. Quelques papiers à remplir et le chasseur nous accompagne à nos chambres, dans des petits bâtiments à l’extérieur de l’hôtel : celui de Jany et Christian donne sur la mer, celui de Chantal et Jean-jack sur la piscine couverte, à proximité du centre de thalasso avec un bruit de fond de soufflerie en permanence. Quant à celui de Babeth et de Georges, il est entre les deux autres.

img/tunisie2005/site-hotel-miramar02.jpgimg/tunisie2005/site-hotel-miramar01.jpg

           3 h 38 : ouf ! extinction des feux !

Lundi 17 octobre

           Vers 9 h 30, ; nous nous retrouvons dans la salle à manger pour un petit déjeuner copieux. La nuit fut brève mais tout le monde est en forme.

img/tunisie2005/site-petit-dejeuner.jpg

           Le reste de la matinée, chacun vaque à ses occupations favorites (piscine salée ou lecture) et, à 11 h 545, nous nous retrouvons dans la discothèque pour un briefing avec Nizar. Il nous présente et explique le programme des excursions proposées dans la semaine. Premier apéro au bar de la piscine puis repas au resto de ladite piscine. Au milieu du repas, Elisabeth, Jany et Chantal nous quittent pour aller voir le médecin de la thalasso et fixer leurs horaires de séances pour la semaine.

img/tunisie2005/site-repas-hotel.jpg

           Quand elles reviennent, ¾ d’heure plus tard, nous attendons toujours le plat suivant . C’est long ! d’autant plus que des brochettes de viandes variées foie, agneau, porc (hi ! hi) avaient été commandées et qu’il y avait eu une erreur. Georges a pris une grosse voix et nous avons eu 3 brochettes arabes. Non ! En rab…(Note de Babeth).

           Départ ensuite pour Sousse : pas de car disponible. Après ¼ d’heure d’attente, nous nous décidons à prendre 2 taxis pour 8 dinars. C’est la seule fois où nous payerons si peu ! A Sousse, promenade dans la médina, au travers des souks. Le Musée d’arts et traditions populaires n’est ouvert que de 9 h à 14 h : tant pis, nous reviendrons. Vers 16 heures, les magasins commencent à fermer les uns après les autres : c’est en effet le mois du ramadan. L’activité professionnelle commence à cesser vers 16 heures afin que les musulmans se préparent à la rupture du jeune. Les magasins rouvriront plus tard dans la soirée. Nous visitons, de l’extérieur la grande mosquée de Sousse et le Ribat.

img/tunisie2005/site-sousse-mosquee01.jpgimg/tunisie2005/site-sousse-ribat01.jpg

           A 17 h 45, coup de canon (enfin, ça y ressemble) et les hauts parleurs tonitruent : fin de la journée de jeûne, à table ! Rentrés à l’hôtel, nous nous retrouvons dans la chambre de Babeth et Georges pour l’apéro accompagné de cacahuètes, nougats blanc et noir ramenés du marché. Repas à l’hôtel et petite belote dans le hall. Nous ne sommes pas seuls à jouer aux cartes ! La journée a été très chaude, la clim du restaurant de l’hôtel ne marchait pas, c’était étouffant !

Mardi 18 octobre

           Petit déjeuner à 7 h 30 puis nous prenons le bus de 8 h 30 pour Monastir. Il s’agit d’un bus double à accordéon, très remuant. Nous ne trouvons de places assises que vers la fin lorsque les étudiants et les lycéens descendent.Nous traversons la médina sans répondre aux sollicitations des marchands et arrivons à la mosquée Bourguiba que nous longeons.

img/tunisie2005/site-monastir-banderole.jpgimg/tunisie2005/site-monastir01.jpg

Nous ne pouvons éviter la traditionnelle photo avec le faucon et le non moins traditionnel dinar à son propriétaire : il y a 35 ans, c’était déjà comme ça au Maroc avec les serpents ou les dromadaires, rien de neuf au soleil !

img/tunisie2005/site-monastir-faucon.jpg

           Nous arrivons au Ribat (= lieu de stationnement des troupes) en bordure de mer. Babeth, Georges et Jean-Jack, pendant que les autres continuent la promenade, veulent bien visiter le musée islamique à l’intérieur du Ribat. En fait, c’est surtout la visite de la forteresse elle même qui est particulièrement intéressante. Gigantesque ce Ribat ! Entretenu au fil des siècles, il est dans un état de conservation remarquable. A l’intérieur se trouve une grande place autour de laquelle s’ordonnent les épaisses murailles renfermant les lieux d’habitation. Nous montons sur les coursives supérieures et même au somme du donjon. La vue sur la mer, sur la ville, sur le cimetière installé au pied de la citadelle est remarquable !

img/tunisie2005/site- monastir-ribat02.jpgimg/tunisie2005/site-monastir-ribat-interieur02.jpg
img/tunisie2005/site-monastir-ribat-interieur06.jpgimg/tunisie2005/site-monastire-remparts.jpg

Nous nous dirigeons ensuite tous ensemble vers ce cimetière, regardons de loin l’impressionnant mausolée que Bourguiba s’est fait construire là (Monastir est sa ville natale) et essayons à 2 reprises de pénétrer dans ses allées. Le gardien, vieil homme âgé, nous en dissuade bien vite.

img/tunisie2005/site-monastir-cimetiere02.jpg

           A nouveau, promenade dans la médina. Quelques emplettes plus loin, nous hélons 2 taxis pour rentrer à l’hôtel. Pendant que nos « gazelles » vont profiter des bienfaits de la mise en forme thalassothérapique, les « moustaches » s’attablent au « restaurant à la carte »de l’hôtel pour profiter d’un autre type de mise en forme ! Puis, sieste, lecture, piscine, belote jusqu’au soir.

Mercredi 19 octobre

           8 heures : départ de l’hôtel pour Kairouan. Nous avons réservé un taxi avec 6 places pour nous y conduire et nous ramener vers 13 h, heure de la thalasso. De plus, le chauffeur doit nous servir de guide. Ouf ! nous avons de la chance, il est sympa ! Pendant le trajet, il nous raconte « l’histoire islamique » de la création de Kairouan. iL semble oublier que pour s’imposer, l’islam a dû maintes fois utiliser les armes (rien de bien nouveau dans le domaine des sectes devenues religion ! ). Ses armées de fidèles savaient aussi parfaitement manier le fer et le feu. Le trajet dure environ une heure au milieu des steppes. Peu de villages traversés en allant de Sousse à Kairouan, contrairement aux routes côtières. Par contre, à perte de vue, les champs d’oliviers dessinent leurs rangées rectilignes. Très bien entretenus, ils sont pourtant défigurés par des milliers de sacs plastiques, vides ou pleins. La décharge publique à ciel ouvert de Sousse est impressionnante. Les champs autour également ! A Kairouan, nous longeons tout d’abord les remparts de la médina, en très bon état. La première mosquée visitée sera celle dite du Barbier, le copain du Prophète, heureux dépositaire de 3 poils de sa barbe, d’où son surnom. La grande mosquée, visite suivante, nous laissera sur la même impression : d’un côté, grandeur architecturale et richesse de ces monuments construits certainement sur la sueur des pauvres fidèles et, de l’autre misérabilisme des maisons et de leurs occupants dans les rues voisines. Comment ne pas faire de parallèle avec nos « fières » cathédrales ?

img/tunisie2005/site-kairouan-grande-mosquee10.jpgimg/tunisie2005/site-kairouan-grande-mosquee05.jpg

img/tunisie2005/site-kairouan-grande-mosquee04.jpgimg/tunisie2005/site-kairouan-grande-mosquee07.jpg

           Georges et Christian qui avaient adopté le short aujourd’hui, sont contraints de porter des tenues plus couleur locale afin de pouvoir visiter : quel spectacle !

img/tunisie2005/site-kairouan-mosquee03.jpgimg/tunisie2005/site-kairouan-grande-mosquee09.jpg

           Noter chauffeur-guide nous conduit ensuite chez son compère marchand-fabricant de tapis. La maison est magnifique, très richement ornée : elle appartenait, semble-t-il à un ancien gouverneur de Kairouan. Thé à la menthe et tapis étalés sous nos yeux, comment résister ?

img/tunisie2005/site-kairouan-tapis01.jpgimg/tunisie2005/site-kairouan-jany15.jpg

           Après d’âpres marchandages, on ne sait plus qui a fait une bonne affaire : le marchand ou les petits touristes ravis d’avoir fait baisser le prix de départ de moitié ? Tant pis ! Georges et Babeth repartent avec un tapis ainsi que Jean-Jack et Chantal. Petite visite du souk de Kairouan et achat au passage de quelques pâtisseries et de menus objets. Dommage, le puits Barouta dont la roue est actionnée par un chameau est fermée. Avant de partir, petit passage à la zaouïa de Sidi Abid El-Gariani puis, avant de reprendre le chemin de l’hôtel, nous faisons halte aux bassins des Aghlabides construits en 860 (l’un de 57 300 m3, l’autre de seulement 4 000) qui, autrefois, alimentaient la ville en eau.

img/tunisie2005/site-kairouan-jany24.jpg

           A l’hôtel, vers 13 heures, choix (enfin, presque …) entre thalasso et restaurant. Ensuite, après-midi traditionnel : sieste, piscine, lecture, belote, …

Jeudi 20 octobre

           Grande journée excursionniste sans thalasso. Petit déjeuner à 6 h et départ en bus vers 6 h 40 : nous allons à Tunis ! Nous nous arrêtons d’abord à Sidi Bou Saïd avec ses maisons aux murs chaulés de blanc et ses portes, fenêtres, moucharabiehs et ferronneries peintes en bleu et ses jeux en bois très beaux et pas chers… (note de Babeth qui s’est faite avoir…). Au café des Nattes, nous dégustons un thé à la menthe aux pignons de pin, délicieux ! Traversée-visite de La Goulette en bus : au passage, notre guide nous indique que Claudia Cardinale et Al Capone sont nés près d’ici.

img/tunisie2005/site-sid-bou-said-jany06.jpg

img/tunisie2005/site-sidi-bous-said06.jpgimg/tunisie2005/site-sidi-bous-said08.jpg

           Le prochain arrêt est à Carthage, dans les ruines de l’antique cité de Didon. Visite rapide du musée et promenade malheureusement trop rapide dans les rues de Carthage la Punique puis la Romaine.

img/tunisie2005/site-carthage01.jpgimg/tunisie2005/site-carthage07.jpg

           Il nous faut retourner à Tunis pour notre repas de midi avant de se diriger vers le musée du Bardo célèbre en particulier pour ses mosaïques. Effectivement, quelle richesse des couleurs , quelle finesse des détails ! Nous parcourons également les salles où sont entreposés maints trésors archéologiques avant de reprendre le bus pour Tunis.

img/tunisie2005/site-tunis-musee-bardo06.jpgimg/tunisie2005/site-tunis-musee-bardo05.jpg

           Pressés par l’horaire en raison, encore une fois, de la rupture de jeûne du ramadan, le passage à Tunis ne durera qu’une heure et se limitera à un tour dans les souks où se presse une foule dense. Difficile de flâner, de regarder les objets exposés. Nous avons tout de même l’impression d’avoir vu la même chose à Sousse, à Monastir, à Kairouan, … On s’échappe vite de cette foule étouffante : on ira faire nos courses demain à Sousse !

img/tunisie2005/site-tunis-jany01.jpgimg/tunisie2005/site-tunis-marche01.jpg


Vendredi 22 octobre

           Grasse matinée ce matin puisque nous ne nous sommes donnés rendez-vous qu’à 8 heures pour le petit déjeuner. Il est vrai que nous avons décidé de consacrer la matinée à finir la visite de Sousse et faire quelques courses. Direction donc le musée Kalaout El-Koubba, un musée d’arts et traditions populaires. Il est situé dans un ancien caravansérail du X° siècle qui dispose d’une coupole décorée, vers l’extérieur, de côtés en zigzag. Nous découvrons dans les différentes salles des scènes de la vie traditionnelle en Tunisie au XIX° siècle et au début du XX° : préparation du trousseau, fabrication de l’huile d’olive, notaire, bijoutier, … Le gardien-guide est également très « traditionaliste », regrettant visiblement les aspects positifs de la politique de Bourguiba en direction des femmes… Retour ensuite au souk et aux différents marchands : nous revenons à l’hôtel les sacs pleins de dromadaires, djellabas, poteries, … ça risque d’être bien lourd dans les bagages ! A midi, repas tous ensemble au restaurant de l’hôtel puis, comme d’habitude, thalasso, piscine, lecture, …en attendant la soirée folklorique à l’hôtel.

           Soirée agréable sur la terrasse de la piscine. Au repas, entre autres, il y avait du couscous avec viandes et merguez au barbecue, plusieurs petits gâteaux tunisiens, … Un orchestre de 3 musiciens accompagnés de quelques danseuses ont donné à cette soirée son aspect folklorique. Bien sur, « l’honneur » de faire la danse du ventre avec la danseuse tunisienne est tombé sur Jean-Jack, comme par hasard ! Comme à Cuba, Christian l’a « sauvé » en l’exécutant avec beaucoup de brio, de rires et d’applaudissements ! La soirée s’est terminée tôt vers 21 heures, ce qui nous a permis de clore cette journée avec nos deux petites belotes quotidiennes.

img/tunisie2005/site-soire-folklo-jany05.jpgimg/tunisie2005/site-soire-folklo-jany02.jpg


Samedi 22 octobre

           Grande journée prévue puisque, au programme, nous avions décidé de faire tous ensemble le parcours en piscine en thalasso. Tout le monde a bien apprécié cette heure passée dans la piscine d’eau salée et chaude de la thalasso avec ses jets d’eau sous pression proposant des massages aquatiques divers et variés.

img/tunisie2005/site-thalasso-jany01.jpgimg/tunisie2005/site-thalasso-jany02.jpg

           Pour le reste de la journée, nous avions une nouvelle fois loué les services d’un taxi pour se rendre à Mahdia puis à El Djem. Nous voulions visiter ces 2 villes et, surtout, manger à Mahdia puisque le guide indiquait que dans les petits restaurants du port, on pouvait manger des poissons pêchés le matin. Las ! c’était sans compter sans la lenteur tunisienne d’une part (le repas a duré près de 2 heures) et le ramadan pour lequel les boutiques, les visites s’arrêtent à 16 heures et nous oblige à rentrer à 17 heures pour que le chauffeur puisse participer pleinement à sa rupture du jeûne ! Nous nous contenterons donc de traverser Mahdia en 4×4.

img/tunisie2005/site-mahdia-jany02.jpg

puis de parcourir rapidement l’imposant amphithéâtre romain d’El Djem.

img/tunisie2005/site-el-jen-jany02.jpgimg/tunisie2005/site-eljen-amphitheatre08.jpg

img/tunisie2005/site-eljen-amphitheatre06.jpgimg/tunisie2005/site-eljen-amphitheatre14.jpg

           Nous nous dépêchons car nous voulons absolument, ensuite, voir les ruines romaines et la reconstitution de la villa romaine au musée d’El Djem qui, bien sur, ferme à 16 heures. Nous y arrivons à 15 h 45. Le gardien refuse de nous laisser entrer estimant que nous n’avons plus le temps. Nous insistons, nous voulons seulement voir la villa romaine reconstituée, nous serons sortis à 16 heures. Nouveau refus. Le chauffeur de taxi s’en mêle, il plaide en notre faveur mais rien n’y fait. Alors il nous invite à passer par dessus le muret pour aller voir notre villa. Chantal et Jean-Jack le franchissent tant bien que mal et se précipitent vers les ruines romaines. Un autre gardien essaie de nous retenir et nous demande nos billets mais nous continuons car il nous reste bien peu de temps avant la fermeture.

img/tunisie2005/site-el-jen-jany04.jpgimg/tunisie2005/site-eljen-villa-romaine01.jpg

           Pendant que nous visitons rapidement et prenons quelques photos le gardien s’en prend violemment à notre chauffeur. A 16 heures, nous ressortons du musée avec 4 autres touristes, escortés par le gardien qui voulait voir nos billets. Nous comprenons que ce sont les mêmes que ceux de l’amphithéâtre et lui montrons finalement tandis que le premier gardien s’en prend à nouveau à notre chauffeur. Une bousculade s’en suit, nous nous interposons avant qu’ils n’en viennent vraiment aux mains et remontons dans le taxi tandis que le gardien, rouge de colère, enfourche sa mobylette et part de son côté. Finalement, nous serons rentrés pour 17 heures. Le chauffeur nous demande de raconter notre mésaventure à l’Office de Tourisme de Tunisie et nous en donne l’adresse ainsi que la sienne pour qu’on lui envoie le double. A l’hôtel, nous commençons à faire nos bagages avant de prendre un petit apéro bien mérité !

Dimanche 23 octobre

           Jour du départ ! Un bus doit nous prendre à 15 h 10 pour nous mener à l’aéroport de Tunis. Le départ de notre avion est prévu pour 19 h 40, l’arrivée à Marignane à 22 h 20. A 9 heures, nous sommes de nouveau à Sousse pour nos derniers achats. Les taxis nous laissent cette fois à l’entrée de la médina ce qui nous permet ainsi de découvrir les boutiques qui ne sont pas spécialement prévues pour les touristes : marchands de fruits et de légumes, d’épices, boucheries qui n’ont pas encore toutes des banques réfrigérées, …

img/tunisie2005/site-sousse-remparts02.jpgimg/tunisie2005/site-sousse-marche04.jpg
img/tunisie2005/site-sousse-marche03.jpgimg/tunisie2005/site-tunisie2005.jpg

           Au moins, là, nous ne sommes pas tout le temps interpellés par les marchands « Rentre, juste pour le plaisir des yeux, c’est pas cher, moins cher que gratuit, …. » Babeth et Jany ont une idée géniale pour le cadeau souvenir pour leur Maman : des petits pois frais et des dattes cueillies du matin ! (note de Jany) Dernier repas à l’hôtel, bus, avion, voiture, maison, fin des vacances ! Dans le cadre de « ça nous fera un souvenir » : grosse frayeur à l’ouverture du coffre à l’hôtel : les 200 euros de Babeth ont disparu ! Finalement, Jany à 1 heure du matin (dans son lit à Sorgues) a une vision soudaine : ils sont dans son porte-monnaie : téléphone aux Meyniers où personne n’est encore arrivé ! … Tout est bien qui finit bien, on peut chanter tranquillement : « nous avons fait un beau voyage !!! » Merci Babeth d’avoir eu 50 ans cette année ! (note de Jany)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *