Motoneige au Canada

Séjour « Montagne noire et parc du Mont Tremblant »

Vendredi 4 mars 2005 au dimanche 13 mars 2005

Vendredi 4 mars 2005 – 12 h 20

 

site-nuages.jpg           Quelque part au-dessus de l’Atlantique. 4 mois, 5 mois que ce voyage était projeté ? Et nous y voilà ! Boris, Mickaël, Frédéric et Jean-Jack sont dans un Airbus 330 d’Air Canada au-dessus d’une mer de nuages. ¾ d’heure de retard au départ de Marseille dus au givre et au froid semble-t-il, ont considérablement raccourci notre attente à Francfort. Juste le temps de trouver la bonne porte, de passer un coup de fil, de faire un petit tour à une boutique Duty Free et nous voilà repartis. Arrivée prévue à Montréal : 12 h 15, heure locale (rajouter 6 heures pour obtenir l’heure en France). Beaucoup de places vides dans l’Avion. Fred et JJ occupent 4 places centrales. Boris et Mickaël s’installent sur les 2 sièges devant l’issue de secours, avec un grand espace libre devant eux. Voyage ainsi plus confortable et rendu agréable par les hôtesses et stewards qui multiplient sourires et gestes prévenants, passages dans les allées pour proposer boissons, repas, glace, pizza, …

 

 

site-avion.jpgsite-avion2.jpg

           A l’arrivée, le temps de récupérer nos bagages (petite frayeur pour le sac de JJ qui tardait à arriver) et nous rencontrons Patrick comme prévu. Saint-Donat est à environ 1 h 30 de l’aéroport Trudeau de Montréal. Nous nous arrêtons au passage à Saint-Laurent (n’y étions-nous pas déjà venus, il y a 8 ans, dans ce village de magasins d’usines ?), prenons une première bière canadienne (ou un coca) dans un bar, dégustons quelques gâteaux (c’est presque l’heure du goûter …) dans une pâtisserie. Arrivée à « l’Auberge des 3 Pignons » à Saint-Donat où nous attendent nos chambres. Chambres individuelles avec salle de bains à l’aspect agréable et confortable. Nous sommes enchantés ! Petite séance d’essayage de nos tenues de motoneigistes puis nous nous retirons dans nos chambres pour douche et repos. Rendez-vous vers 18 h 30 pour l’apéritif et un premier et copieux repas canadien à l’Auberge de Jean et Pierrette Archambault.

 

Samedi 5 mars

site-3pignons.jpg            Vers 7 heures, Fred et JJ font une petite promenade aux alentours de « l’Auberge des 3 Pignons » (le nom vient visiblement de la construction de l’Auberge avec ses 3 Pignons) malgré les – 22° Celsius ! Aujourd’hui, journée « libre ». Sur proposition de Patrick, nous consacrerons une partie de cette journée à une visite à un trappeur à une dizaine de km de Saint-Donat. Première étape chez André où nous retrouvons un groupe de 8 franco-suisses. Nous nous installons dans un grand traîneau tiré par un cheval belge (mais oui !). Boris et Micka prennent place à l’avant. Petite promenade dans la forêt jusqu’à ma « cabane au Canada » perdue dans les bois. Le trappeur et son épouse nous attendent, ils nous aident (ou plutôt, nous les aidons) à harnacher les chiens et à les atteler aux 4 traîneaux puis, par groupes, nous voilà transformés en conducteurs de traîneaux, en véritables « musher ». Petite promenade à raquettes également. Le soleil brille, il fait presque doux ! Une matinée superbe dans un cadre merveilleux pour une activité intéressante.

 

/site-tenue.jpgsite-traineau-cheval.jpg
site-traineau.jpgsite-raquettes.jpg

           De retour chez André, celui-ci nous offre un chocolat chaud ou un délicieux « Caribou » de sa composition (vin et alcool) puis nous allons manger à Saint-Donat avec Patrick. Pendant qu’il va faire un tour chez lui, nous visitons un peu le village, pénétrons dans le « Leroy-Merlin » local puis le « SuperU » du coin pour acheter quelques biscuits apéritifs. Nous découvrons également les boutiques SAQ (Société des Alcools du Québec) et prenons une bouteille de pastis pour fêter au cours du séjour les 40 ans de Patrick (le 24 mars) puis retour à l’Auberge. Pendant que Patrick retourne à Montréal récupérer les 3 Lyonnais (en fait, on va découvrir qu’il s’agit de Stéphanois qui, simplement, partent en avion de Lyon), que Fred va photographier le petit lac voisin, Boris, Micka et JJ vont passer un long moment dans le jacuzzi de l’Auberge. Délassement garanti !

           Les Stéphanois arrivent seulement vers 9 heures. Ils ont perdu plus d’une heure à l’aéroport pour les formalités nécessaires consécutives à la perte de leurs bagages ! Ce n’est pas toujours aux mêmes finalement que ce genre de mésaventure désagréable arrive ! Ils avaient transité par Londres et leurs valises se trouveraient là-bas.

 

Dimanche 6 mars

site-motos-stop.jpg            Après un copieux petit déjeuner salé, direction Saint-Donat pour prendre nos motoneiges. Micka et JJ seront en duo sur le même engin. Ces engins paraissent relativement faciles à conduire. Patrick insiste beaucoup sur les mesures de sécurité, en particulier sur la nécessité de bien garder sa droite sur les chemins et il a bien raison : les motoneigistes sont très nombreux. Il est vrai que nous sommes dimanche et que c’est le dernier jour des vacances scolaires pour les Canadiens. Il neige un peu de façon régulière. A un « Arrêt », nous faisons halte. Tiens, il manque Hervé et Boris ! Patrick fait demi-tour et les retrouve 3 km en arrière. Boris était passé trop prêt du bord : un de ses skis s’était engagé dans la neige fraîche puis toute la moto et lui avec. Hervé, devant s’en était rendu compte et l’avait rejoint. Devant eux, Fred n’avait rien vu et, comme il apercevait toujours un phare dans ses rétros, il pensait que c’était Hervé. Comment reconnaître un phare lorsqu’il neige et qu’on est bien espacé pour des questions de sécurité ? Difficile ! Avec l’aide de Patrick et d’autres motoneigistes de passage, ils réussiront à sortir l’engin de la neige et nous rejoignent. Nous traversons un lac gelé (plus de 40 cm de glace) et poussons un peu nos machines sur ce grand espace. A fond, Mickaël dépasse légèrement les 80 km/h. Au bord du lac, nous rencontrons des policiers en motoneige (forme moderne de la légendaire police montée ?). Séance photos puis direction la cabane à sucre où nous prenons le repas de midi. Spécialités locales avec abondance de sirop d’érable :
* entrée : « oreilles de ? » (sortes de grattelons), rillettes et saucisses de Strasbourg au sirop d’érable chaud
* tourte à la viande de porc hachée et sirop d’érable
* soufflé avec des pommes de terre vapeur et des haricots au sirop d’érable
* gâteau de semoule à la vanille au sucre brun et au sirop d’érable chaud
C’est un régal sans oublier ce qu’ils appellent le « ketchup aux fruits » (tomate, oignon, poire, pêche, …). Délicieux, n’est-ce pas Micka ?

           Pierrot, dont on fête les « 64 printemps » en chansons nous conduit ensuite dans la pièce où il fabrique le sirop d’érable et nous explique le ramassage de l’eau des érables (« le maître d’œuvre, c’est la nature« ), l’évaporation, …

           Nous refaisons ensuite une partie du chemin en sens inverse. Cette fois, c’est JJ qui pousse la machine sur le lac gelé. Grisant ! Partout, des paysages magnifiques avec même un rayon de soleil dans l’après-midi avant que la neige ne recommence à tomber. En fin d’après-midi, la confiance a grandi, la vitesse aussi. JJ pilote à ce moment et ne voit pas le panneau « RALENTIR ». Bien sûr, dans le virage qui suit, il file tout droit ! Heureusement, à cet endroit, c’est dégagé. Il n’y a que quelques petits arbres en bordure du chemin et beaucoup de neige. JJ et Micka sont un peu coincés sous la machine qui s’est renversée. Jean-Philippe, qui était derrière a vu la sortie de la moto ; il s’arrête aussitôt. Les autres en font autant et parviennent à dégager facilement Micka qui était encore coincé. Patrick, devant, a bien dû se rendre compte qu’il n’y avait plus personne derrière lui. On ne s’inquiète pas, on sait qu’il va faire demi-tour pour venir voir ce qui se passe. Main, non ! Pas de Patrick ! Tant pis, tout le monde se met à redresser la machine et essaie de la sortir de la neige. Patrick arrive alors, porté par un motoneigiste. En faisant demi-tour, il a planté sa motoneige dans la neige fraîche du bord du chemin !
 

site-jj-mic.jpgsite-moto-jj.jpg

           Finalement, plus de peur que de mal, y compris pour la motoneige. Nous retournons à l’Auberge et, bien sûr, tous ceux qui ont un peu goûté de la neige avec leur machine offrent à boire aux autres. En arrivant, déception pour les Stéphanois : leurs valises ne sont toujours pas là mais ils se consolent en apprenant que Saint-Étienne vient de battre l’OM 2 à 0 !

           Soirée en chanson. Patrick et les Archambault (Jean, Pierrette, Carine, Livyane) ont demandé à Isabelle Robert de venir nous chanter quelques chansons. Isabelle a été sélectionnée pour la Star Ac canadienne (« mais attention, ici, ce sont de vrais chanteurs qui sont sélectionnés » …). Une voix absolument remarquable. Un plaisir de l’entendre malgré notre fatigue. Elle termine en poussant une petite chanson pour l’anniversaire de Patrick et de Frédéric.

 

Lundi 7 mars

site-anniversaire-fred.jpg            -20° le matin, en partant de l’Auberge pour notre raid de 4 jours. Petit sac à dos avec quelques rechanges (du moins pour ceux qui ont la chance d’avoir du linge de rechange …) et en piste ! Il fait presque beau mais la neige ne tarde pas à tomber et cela va durer toute la journée. 165 km à travers des paysages magnifiques bien que la vue soit un peu bouchée. On ne s’arrête guère au sommet de la Montagne Noire car on n’y voit pas bien loin ! A midi, nous mangeons dans un restaurant : repas copieux comme d ‘habitude. Halte le soir à l’Auberge Le Zénon. Auberge magnifique, très chaude comme l’est l’accueil des propriétaires (Éric et Alex) et du personnel dont Sandy au bar (« Sandy …kilo ? » dixit Mickaël). Sandy n’hésitera pas à glisser quelques glaçons dans le cou de Frédéric. Nous offrons à Patrick une bouteille de pastis et un jeu de tarot. Au dessert, Eric et les autres arrivent avec un gâteau d’anniversaire et 4 bougies pour Frédéric. Gâteau par ailleurs délicieux !

 

 

Mardi 8 mars

site-meute.jpg            Au matin, il ne neige plus mais on nous promet un maximum de –10 pour la journée. Couvrons-nous ! Le temps de déneiger les motos et nous reprenons la route. Finalement, on aura du soleil presque toute la journée. En fin de matinée, on fait un petit détour par la forêt, en sortant un peu des grands chemins tout tracés pour passer à Saint-Michel des Saints où David et Nadia nous présentent leur meute de 70 husky, des chiens élevés presque exclusivement pour organiser des promenades à traîneaux. Les bêtes, aux origines variées, sont toutes splendides. Nous mangeons avec David et Nadia à l’Auberge du coin puis nous reprenons la route vers le nord où nous attend une Auberge « typique », une pourvoirie (pas d’électricité sinon avec un groupe électrogène, éclairage et chauffage dans les chambres au gaz, …). En route, Micka fait un peu de bois, 2 petits sapins d’environ 4 cm de diamètre qu’il sectionne mais pas de problème pour reprendre la route : seules quelques aiguilles sur le devant de la motoneige trahissent les bûcherons … Un petit peu plus loin, Fred attend JJ et Mcka dans la « poudrerie ». Il a un peu décollé sur une bosse et n’a pas pu prendre le petit virage qui suivait. Il a donc filé tout droit sur 2 à 3 mètres dans la neige fine et abondante. La moto s’est alors arrêtée et s’est un peu enfoncée ; elle est dans la neige jusqu’à la selle. Micka et Fred essaient de la dégager mais en vain. Patrick, qui se trouvait à environ 10 km en avant fait demi-tour et vient leur prêter main forte. Avec son expérience, la moto est rapidement remise sur la route. A 300 mètres de là, se trouvaient Hervé et Vincent dont le voyant rouge de l’huile s’allumait obstinément. Ils peuvent reprendre la route après en avoir refait le plein.
 

site-moto-fred.jpg

           Nous n’arrivons à l’Auberge que vers 19 heures, à la tombée de la nuit. Total de la journée : 210 km. On est bien content d’être arrivés ! La pourvoirie est effectivement « typique ». Dans la grande salle, de nombreux animaux sont empaillés. Néanmoins, c’est confortable. Les chambres sont chauffées (même trop), nous avons à notre disposition des douches chaudes, le repas du soir est très copieux de même que le petit déjeuner.

site-pourvoirie.jpgsite-pourvoirie-interieur.jpg

 

 


Mercredi 9 mars

site-motoneiges.jpg            – 23° ce matin et du vent. Finalement, dans la matinée, le soleil brillera et le froid ne nous incommodera pas. Nous avons 140 km à faire dans la matinée avant de pouvoir nous arrêter pour manger (pas de restaurant sur tout le trajet). Sans difficulté (sauf Boris qui est un peu malade), vers 14 heures, nous sommes attablés. Pizzas ou spaghetti au menu, gâteau au fromage ou sundae pour dessert. Nous repartons et arrivons très rapidement vers Saint-Michel des Saints où un gîte splendide nous attend. Ça fait du bien de souffler un peu !

 

Jeudi 10 mars

site-gite-taureau.jpg            Un gîte magnifique, grand et très confortable. Le repas du soir est très agréable, plus « fin » que les autres jours. Le dessert est succulent : aumônière aux pommes cuites avec de la glace et du sirop d’érable. Nos hôtes, Sébastien et José, nous offrent un « Sortilège ». Vers 7 heures, JJ et Fred font une petite promenade à pied sur le lac du Taureau gelé. Quelques regrets de quitter cet endroit si charmant mais c’est notre dernière étape aujourd’hui. Une centaine de km à faire pour revenir « à la maison », à l’Auberge des 3 Pignons de Saint-Donat. Bonne nouvelle ce matin : les valises de Vincent, Jean-Philippe et Hervé les attendent à l’Auberge.

           Aucune sortie de route aujourd’hui : sagesse ou expérience ? Vers 13 heures, nous nous arrêtons de nouveau au petit restaurant de lundi puis, avant d’arriver à Saint-Donat, nous faisons route sur le lac de Saint-Donat en poussant un peu les machines. Patrick a prêté sa motoneige à Fred qui doit frôler les 160 km/h. Ça décoiffe ! Vers 16 heures, nous rendons les motoneiges puis, à l’Auberge, nos tenues de motoneigistes. Patrick remet à chacun une carte sur laquelle il trace notre itinéraire, indique les Auberges où nous avons passé une nuit, les endroits où nous sommes sortis de piste, ajouté un petit mot amical. Un petit plus qui ne fait que renforcer si besoin était, l’impression très favorable que nous avons tous de ce séjour. Aucun défaut, ni du point de vue de l’activité motoneigiste, ni sur la qualité de l’hébergement ou de la restauration. Remarquable ! Après un dernier repas en commun et une petite partie de tarot, Patrick nous quitte et rejoint sa famille, Valérie et Jérémy. Petit serrement de cœur !
 

Vendredi 11 mars – Samedi 12 mars

           Dernier petit-déjeuner à l’Auberge des 3 Pignons. C’est du salé aujourd’hui mais Pierrette et Carine nous rajoutent quelques crêpes et Jean nous fait au dernier moment un peu de « tire à la neige« . Les Stéphanois restent un jour de plus à l’Auberge pour faire connaissance avec les chiens de traîneau tandis que nous nous rendons à Montréal pour 2 jours. Là, nous visitons la vieille ville, le musée d’archéologie et d’histoire et, bien sûr, nous nous promenons longuement dans la ville souterraine pour magasiner. Il neige sur Montréal et là, au moins, nous sommes à l’abri !

           Vol Montréal-Frankfort sans histoire. A Frankfort, notre avion a 2 heures de retard. La fatigue nous gagne et certains s’endorment …
 

site-aeroport-bob.jpgsite-aeroport-jj.jpg

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *